Tu n'apprendras jamais

10 octobre, 2007

J’ai bientôt fini mes études de médecine, et je n’ai jamais fait de ponction pleurale.

Une seule ponction lombaire, jamais de réduction d’épaule luxée, jamais de ponction d’ascite, jamais de ponction de genou.

C’est que je n’ai jamais eu de patient à moi, vraiment à moi, qui en ait eu besoin.
Un patient que j’aurais suivi, et à qui j’aurais rendu suffisamment service pour me permettre de lui imposer en contrepartie mon inexpérience.

A chaque fois qu’on m’a proposé ces gestes, chez des patients que j’avais vus cinq minutes, ou pas du tout, je me suis défilée.
Je ne voyais pas de justification à leur faire mal, à faire durer 15 laborieuses minutes là où les mains de mon chef auraient bouclé l’affaire en 5.
Je me disais toujours : « la prochaine fois ».

« Tu n’apprendras jamais », on me disait.

Force est de constater que je n’ai jamais appris.

5 Réponses à “Tu n'apprendras jamais”

  1. maduixa Dit:

    Je n’ai encore fait que des gaz du sang et des ponction d’ascite… Il ne me reste qu’un an d’externat… Je me sens un peu comme toi sur le coup…
    J’ai toujours refusé, pour le moment, de faire des gardes aux urgences chirurgicales… Ce qui fait que je n’ai encore jamais fait de suture (pour le moment, tout ce que j’ai fait c’est couper les fils au bloc, que me tendaient les internes et les chefs), ni de plâtre…
    à chaque fois je me dis… « j’aurai le temps plus tard »…

  2. Dagon Dit:

    Je pense que tu as eu tord. Ceci dit, tu travailleras plus avec ton stylo et ta tête. Faire des sutures simples, tu devrais ça peut toujours servir, même sur tes proches. la ponction pleurale, bof, pas courant a moins que tu ne te destine a une carrière hospitaliere, perso sais pas faire, De toute façon il y a un tas de trucs que tu n’auras jamais fait, ou tellement peu souvent, et qui pourraient t’être utile. Une tracheo en urgence, j’ai jamais fait, mais, je connais la technique, c’est le medecin colonel du regiment dans lequel j’ai fait mon SN qui m’avait montré (un vrai de vrai cuilà, guerre d’algérie, missions au tchad, putain ça coupe les barbelé tchadien, des lames de rasoir, suture de plaie etendu de la face sans anesthesie, l’helico qui attend pour decoller, sur un gamin impassible avec les larmes qui coulent; pas detat d’ame avec le V ou le VII; tracheos a la McGiver, avec le fameux stylo bic qui te sauve la vie) j’ai fait des ongles incarnés. Je ne ferai plus jamais ça, beurk, En ville tout ça demande que tu ait du matos de rea, O2, etc, au niveau medicolegal (au fait c’est pareil pour les desnsibilisations) Donc le stylo, le Harrison, la revue Prescrire, et une assurance professionnelle. Ma hantise, un pepin grave dans l’avion. Ya-t-il un médecin dans l’avion. Parait que tu es aidé par radio, les mecs competents au sol, te disent et tu essaye de faire ce qu’ils te disent.

    Don’t worry Rrr :-)

  3. Les mots des autres | Journal de bord d'une jeune médecin généraliste de Seine-Saint-Denis Dit:

    [...] http://www.jaddo.fr/2007/10/10/tu-napprendras-jamais/ [...]

  4. Medicine Men Dit:

    D’ abord, ne pas nuire

  5. Jean Doubovetzky Dit:

    Bonjour. Tu as eu bien raison. Les gestes techniques en médecine générale, il y a ceux qui sont courants et utiles : par exemple, l’ECG, des points de suture, mettre et retirer un stérilet (selon l’endroit où on est installé et sa patientèle). Ceux-là, si on ne les a pas appris pendant les études, on peut demander à un collègue sympa et finir par les apprendre. Et il y a des gestes qu’on serait amené à faire rarement. Ceux là, même si on les a appris et pratiqués, on perd l’habitude et le coup de main, et il vaut mieux arrêter de les faire. Donc je ne vois rien à regretter. Cordialement. Jean

Répondre