Peu probable

18 mars, 2009

Elle a 51 ans, elle vient me voir pour des troubles digestifs, au retour d’une bulle de 2 semaines au soleil avec son mari, sans ses filles, sans son boss, sans sa belle-mère.
Nausées surtout, quelques douleurs abdos, un transit un poil accéléré mais à peine.

L’interrogatoire se déroule bobinalement, et bon, elle est partie il y a un bon mois, a eu quelques désordres intestinaux contre lesquels Actimel lutte en fortifiant vos ressources de défenses naturelles au début de son séjour, puis plus rien, elle est rentrée il y a 15 jours, elle allait très bien jusqu’ici, elle n’a pas de fièvre, elle a atterri  en pleine épidémie de gastro et les symptômes sont peu bruyants.
Quand même peu de risque qu’elle ait ramené une saloperie de là-bas.

Pendant que je l’examine pour la forme, et qu’elle est pas déshydratée, et qu’elle a un ventre souple, et que la tension elle est bonne, elle me dit :
- « Oh, et je suppose que ça n’a rien à voir, mais je vous le dis au cas où, j’ai une semaine de retard… »

- Mmm, ça n’a probablement pas grand chose à voir effectivement, d’autant que vous avez un stérilet, n’est-ce pas ?
- Ah non, je l’ai enlevé il y a quatre mois !
- Et vous n’avez pas d’autre moyen de contraception depuis ?
- Bin non, mon gynéco a dit qu’il y avait très peu de risques…
- Ah, et vous n’êtes pas ménopausée ?
- Oh non, pas encore, enfin je ne crois pas, je n’ai pas fait de prise de sang ni rien, mais bon, ma mère l’a été à 56 ans, et depuis que j’ai retiré mon stérilet je continue à avoir mes règles tous les mois, donc je pense que non…
- Mais vous avez des rapports sexuels ?
- Oh, oui !

Elle sourit, en disant « Oh oui !« . Visiblement, ses vacances lui ont fait beaucoup de bien.

Elle a dû me voir ciller.

- Ca ne peut pas être ça quand même ? Mon gynéco a dit que c’était très peu probable !

Certes, certes, certes, madame…
Mais bon, moi, quand j’entends « Très peu probable », j’entends « Probable ».
Sauf si on me dit, par exemple « C’est très peu probable que vous ayiez des nausées en début de traitement », ou « C’est très peu probable que vous attrapiez un rhume ». Dans ces cas-là, effectivement, j’entends « Très peu ».

Et certes, les femmes de 51 ans sont moins enceintes que les femmes de 28.
Mais c’est aussi qu’elles sont ménopausées, pour la plupart.
Et il y a un signe biologico-physique qui dit qu’on ne peut plus avoir d’enfants, et ce signe, c’est la ménopause. C’est pas « Avoir 51 ans », aux dernières nouvelles…

Moi, le gynéco, je propose qu’on lui envoie une petite guillotine à pénis, avec un mode d’emploi qui précise qu’il ne se déclenche qu’une fois sur 40, et que c’est très peu probable qu’il se mette en route, et que ce serait gentil à lui de l’essayer.

J’ai eu les résultats de son bilan biologique ce matin. 
Elle n’a pas ramené une saloperie de là-bas.
Enfin si.
Enfin, ça dépend ce qu’on met derrière le mot « saloperie » à 51 ans.

73 Réponses à “Peu probable”

  1. Hobopok Dit:

    Admiration pour l’adverbe « bobinalement ».

    Si la ménopause était une saloperie, ça se saurait. C’est le mince tribut à payer au grand cycle éternellement renouvelé de l’infini mystère de la vie.

    Pour les gars y avait le service militaire mais bon.

  2. Gaëlle Dit:

    Ohlala…
    Je veux la suite de l’histoire.
    Sinon, encore merci pour ces petits billets qui me font tant de bien à moi qui vais bientôt amener mes couettes dans un cabinet…

  3. cleo Dit:

    Pas étonnant que ce soit une espèce en voie de disparition (gynécologues de ville j’entends)
    Ca ne serait pas ce qu’on appelle la sélection naturelle ?
    Je plaisant évidemment… mais bon qu’à moitié.
    Dans ma ville, limitrophe de Paris, dans le quartier où je remplace, on n’a qu’une gynécologue passablement folle à qui on adresse les patientes qu’en cas d’absolue nécessité… Le reste on s’en charge… depuis qu’elle a beaucoup « gaffé ».
    On lui coupe quoi à elle ? ;-)

  4. olympe Dit:

    un gynéco papiste ?

  5. Guillaume Dit:

    Ou qui a simplement fait sauter les cours de statistiques, qui a oublié que pour la patiente, c’est pas « moins de 1% de risque (je connais pas le chiffre précis et je m’en fous) », mais 0% ou 100%.
    ça mériterait une plainte pour mise en danger de la vie d’autrui par fausse information sur la nécessité d’une contraception ( risque opératoire, anesthésique si IVG, beaucoup de chances (là encore 0 ou 100%…) d’une anomalie génétique chez l’enfant, pas mal de risque (0 ou 100%) d’une fausse couche spontanée, parfois tardive, hémorragique…
    Sans compter le préjudice moral chez cette femme qui a un certain pourcentage de risque de porter le poids d’une IVG ou d’un enfant non désiré, toute sa vie durant…
    C’est criminel.

  6. eo Dit:

    Ah ces gynécos…

    Pas de bol, mais pas d’anticipation… Ils abusent.
    Et la dame, elle a réagi comment ?

  7. doc Holiday Dit:

    Le gynéco ,le gynéco, on ne parle que du gynéco. mais bon, la dame, à son âge, peut connaître le lien de causalité entre un rapport sexuel et une grossesse porentielle, non?

  8. melul Dit:

    ben c’est la grande mode faut croire, car j’ai moi même eu 4 patientes à qui on avait dit la même chose (de 4 gynecos différents!)
    un cours que j’ai manqué sans doute!

  9. eo Dit:

    >doc holiday : A partir du moment où son gynéco lui a ôté son stérilet et l’a laissée sans contraception, en lui disant que c’était très peu probable, il y a un problème, non ?

  10. doc Holiday Dit:

    eo,

    Je ne connais pas la raison pour laquelle le gynéco a procédé à l’alation du stérilet. Toutefois, s’il m’assure que la grossesse (ou le sida, d’ailleurs, même problème)est très peu probable, je cours acheter des préservatifs. Et çà, c’est à la portée (intellectuelle et financière) de n’importe quelle cinquantenaire, non?

  11. eo Dit:

    Et voilà les 230 000 IVG par an, j’oubliais, les femmes, toutes des inconscientes !

    http://martinwinckler.com/article.php3?id_article=189
    http://martinwinckler.com/article.php3?id_article=249

    C’est toujours de la faute des femmes-et jamais de leur conjoint ni du médecin.

    Lorsque l’information sur la contraception et la fertilité est bien faite, et que les femmes sont correctement informées, il y a moins d’IVG. C’est le cas aux Pays-Bas, malgré un terme pour avorter plus élevé.

    Je ne partage pas ton point de vue- trop facile de taper sur les patientes, qui ne peuvent pas être spécialistes en tout.

  12. Sébastien POLLET Dit:

    Voui… Enfin même si elle avait été ménopausée, elle n’en est pour autant protégée par les IST… Elle le sait ça la dame ?

    C’est marrant quelqu’un qui prend des bouteilles d’Actimel mais pas des capotes !

  13. Cardam' Dit:

    Des baffes qui se perdent…
    Doc Holiday, je crois qu’un tas de gens, surtout surtout les moins jeunes d’entre nous, ont encore une confiance absolue dans LE docteur… Encore plus celui qui nous a « si bien suivi toute notre vie », qui a probablement fait naître nos enfants, tout ça…

  14. MC Dit:

    Et en leur mari…
    Y a des gens qui mettent des capotes toute leur vie, même avec leur conjoint de longue date stable et tout et (supposément, certes) fidèles pour se protéger des IST ???

  15. Marie Dit:

    Des baffes qui se perde ? Vous êtes un peu dur, Cardam’, non ?
    Effectivement le gynéco a fait une erreur monumentale en n’imaginant pas que certaines personnes puissent avoir la fâcheuse idée d’être encore fertile après la cinquantaine. Mais la madame a aussi un cortex cérébral qui n’est pas là pour faire joli…
    Et même si le risque d’IST (cf le messgae précédent) est souvent négligé quand on est en couple, marié, confiant, etc., autant la relation « rapport-grossesse » peut être assez facile à établir dans n’importe quel tête de ménagère d’à peine plus de cinquante ans.
    Bref, faute partagée, n’en reste pas moins que la « saloperie » (pauvre embryon) est bien accroché maintenant, alors quoi maintenant ? Mifepristone et changement de gynéco ?

    Dans tous les cas, j’aime beaucoup le coup de la guillotine à pénis, bien pensé ! (après claque pénis indien, c’est pas encore un coup pour faire monter les visites sur le blog, si ?!)
    Merci pour ce petit article, et vivement les prochains :-)

  16. anita Dit:

    La seule chose, quand même, c’est qu’on NE SAIT PAS ce que lui a dit, pour de vrai, le gynécologue. Parce que tant qu’il ne l’a pas écrit, le filtre de la patiente peut toujours se manifester.
    Et ne dites-pas que ce ne vous est jamais arrivé de vous voir revenir en pleine figure, un boomerang taillé dans un minuscule fragment de votre discours.
    La patiente peut avoir négligé un « mais prenez quand même des précautions, on ne sait jamais » après le « peu probable ».
    Donc , moi, une dame de 51 ans qui se sait non encore ménopausée, qui enlève son stérilet, 4 mois avant d’aller batifoler en amoureux au soleil, j’aurais tendance à me demander si une part d’elle n’avait pas, au fond (à droite ou à gauche), assez envie d’être enceinte.

  17. doc Holiday Dit:

    eo, t’es un garçon ou une fille?

  18. Cardam' Dit:

    C’est vrai qu’on ne sait pas jusqu’où a été la désinvolture du gygy… donc peut être un peu Marie, mais quand même moins que Jaddo et sa guillotine ! ;)

  19. Lorelei Dit:

    Moi ce qui me fait bien marrer, c’est que ce brave gynéco était probablement à mille lieues d’imaginer que sa patiente de 51 ans faisait encore l’amour.. ergo le « très peu de risques de grossesse ».. bwhahaha..

    Monsieur serait-il partisan du sexe uniquement procréatif ?

  20. Cardam' Dit:

    Tiens et je suis curieuse aussi de connaître la raison du retrait du stérilet… Si par exemple il était au cuivre, bien toléré et qu’il arrivait simplement (soit disant) sur sa fin …….

  21. Radéchan Dit:

    Oui, beaucoup de médecins ne connaissent du sexe que le téléfilm rose de M6…j’envoie un enfant chez le pédopsy pour qu’il fasse un signalement (j’en ai assez fait comme cela, avec les emmerdes qui vont avec, vous savez bien que dans ce pays on rend responsable de porteur de mauvaise nouvelle de la mauvaise nouvelle ;) ) car sa mère me dit qu’il a fait du sperme par l’anus, et le pédo psy de dire à la mère « mais c’est impossible voyons, le sperme est tout de suite -comme par magie- absorbé par la muqueuse et donc disparait de suite ». C’en est risible, voila un homme qui de sa vie n’a pas du approcher de bien près une femme (pour ignorer que non, le sperme ne disparait pas par magie, là comme ici, et que non plus, le vagin denté qui aspire le kiki et le mange, c’est dans sa tête) mais qui se permet de donner un avis d’expert tout de même.
    De même par ici, message de gynéco rapporté par des patients non ménopausées « j’ai arrêté la contraception car je peux plus être enceinte à 50 ans m’a dit le gynéco, et oui j’ai encore mes règles pourquoi ? »
    Quand au premier frottis à 25 ans, celui des bonnes recommandations, il devient annuel et dès le premier rapport chez les gynécos du coin…Allez comprendre…

  22. Milky Dit:

    Ouh là elle est très très glauque l’histoire du pédopsy de Radéchan…
    Je me joins à Eo pour savoir comment a réagi la dame !

  23. docmimi Dit:

    Ah, l’information sur la contraception a encore de beaux jours devant elle! moi, j’ai ma boite magique: tous les moyens de contraceptions que je montre aux patientes, avec les planches anatomiques qui vont bien.
    Dix ans que je joue avec les preservatifs (je vous conseille les lubrifiés, ils font les mains douces!!), les stérilets, implants, patch, éponges etc…Dix ans que les questions et les idées que peuvent se faire les femmes (mais aussi les hommes) de certains moyens de contraception me laissent perplexe;
    Par chez moi j’ai même certains gynéco qui n’aiment pas poser les implants et qui,au mieux, les envoient au généraliste ou au pire ,essaient de dissuader la patiente.

  24. Radéchan Dit:

    Ha j’en ai une bonne, l’hospital du coin m’envoie de temps à autre des patients pour implant, ils bataillent à les faire poser par leurs gyéncos ;)

  25. TITI Dit:

    Bien d accord avec Anita
    Mais quand même, on en a tous vu ou entendu de nos propres yeux et oreilles , des collègues dire des absurdités…Ou prononcer des certitudes sur des incertitudes….
    C’est comme le cancer du pancréas qui vous tue en moins de 6 mois, que la dame elle est encore vivante 4 ans après en pleine forme mais après 6 mois de dépression sévère….

  26. E Dit:

    Ca me rappelle ce qui est arrivé à ma mère il y a environ 25 ans: elle a fait une première grossesse extra-utérine sous stérilet, à 39 ans (hémorragie interne, éclatement de la trompe, très fortes douleurs, la joie quoi…)

    Ensuite son gynéco lui a dit « ce n’est plus la peine que je vous prescrive une contraception: vous avez presque 40 ans, vous avez eu des problèmes d’infertilité, puisque vous avez mis 5 ans pour avoir votre 1er enfant à 30 ans, et vous n’avez plus qu’une seule trompe. »

    Résultat: un an plus tard, rebelote, grossesse extra-utérine sur l’autre trompe… (heureusement, prise plus trop). Cette fois-là on aurait pu sauver la trompe, mais elle a préféré qu’on l’enlève, pour être tranquille…

    Au sujet de cette dame et des IST: MC a raison, si elle est en couple fidèle elle ne se pose sans doute pas la question (d’autant plus qu’il faudrait aussi que son mari soit d’accord pour en mettre…) Et puis le stérilet ne la protégeait pas non plus contre les IST, de toute façon !

    « Donc , moi, une dame de 51 ans qui se sait non encore ménopausée, qui enlève son stérilet, 4 mois avant d’aller batifoler en amoureux au soleil, j’aurais tendance à me demander si une part d’elle n’avait pas, au fond (à droite ou à gauche), assez envie d’être enceinte. »

    Euh les dames de 51 ans qui ont envie d’être enceintes, ça ne doit pas courir les rues quand même (heureusement d’ailleurs, vu que dans la très grande majorité des cas, elles risquent surtout d’être déçues !)

    Il aurait fallu savoir pourquoi elle a enlevé son stérilet. C’était assez aberrant finalement, vu qu’il me semble que c’était le moyen contraceptif le plus adapté à sa situation (à cet âge, je suppose que la pilule est risquée au niveau cardio-vasculaire, et le préservatif est plus contraignant…)

    Ce serait intéressant de savoir comment s’est finie cette histoire (si la grossesse n’était pas désirée, ce qui était probable, le mieux qu’on puisse espérer c’est que la nature ait « bien fait » les choses et qu’elle ait fait une fausse couche…)

  27. Soleil-De-Marseille Dit:

    Et que pensez vous de ces gynéco med qui disent aux super ovulatrices de 26 ans « bon maintenant, ça fait 10 ans que vous prenez la pillule, ce serait bien de faire une pause  » et qui les renvoient avec un arrêt de pillule pour 6 mois et aucune autre contraception. A 60€ la consultation, moi je m’étrangle !!! Parce que derrière, nous, pauvres petits généralistes, il nous faut bien 45 min ( bonjour le retard dans les consult … )pour convaincre que non, ça c’est une belle connerie… Pff

  28. Marie Dit:

    Ma fille souffre d’une dépression. Elle est jeune, vient de subir une IVG. Oublie continuellement sa pillule.

    Le médecin-traitant refuse de lui poser un implant.

    Le gynécologue également. Il lui prescrit l’anneau vaginal (encore plus difficile à gérer pour elle).

    La seule solution : s’adresser au médecin qui a pratiqué l’IVG au centre de planning familial. Elle comprend, elle.

  29. DocV Dit:

    Espérons qu’elle ne soit pas enceinte avant qu’on ait enfin fait ce qu’il fallait pour elle! En attendant il y a bien sûr les préservatifs.

    C’est bizarre je pensais moi-aussi que l’anneau était plus facile à gérer que la pilule. Apparemment pas toujours.

    Ne soyez pas en colère contre votre médecin. Il ne veut peut-être pas lui en poser pour une bonne raison: parce qu’il n’a pas l’habitude de le faire tout simplement. C’est très bien d’être allé au planning.

  30. Tom Rakewell Dit:

    Je serais plutôt du même avis que DocHoliday… Si Madame m’avait dit qu’on lui avait enlevé son stérilet mais qu’elle n’était pas ménopausée, le tout avant d’aller en vacances au soleil, la première chose que j’aurais fait à la place de Monsieur c’est de passer à la pharmacie acheter une boîte king size de préservatifs ! Oui pour Monsieur, c’est moyen de revenir à ça après des années de stérilet, mais je préfère ça que de découvrir un polichinelle dans le placard !

  31. Léonie Dit:

    Ce qu’en pense :
    La femme de 50 ans, d’aujourd’hui n’a rien à voir avec celle du siècle dernière usée par les conditions de vie difficile, grossesses multiples, parfois au-delà de 50 ans (avant la pilule) nombreux enfants à élever etc…
    Les femmes, passé 50 ans désirent encore enfanter, surtout si elles ont commencé tard (n’en déplaise à ces messieurs) mais la raison l’emporte sur l’envie pour la plupart mais reste celles qui sautent le pas (avec l’accord du conjoint ou pas, plus tout jeune lui non plus) comptant sur les progrès de la médecine pour finaliser leur désir.
    La femme de 50 ans actuelle grâce à la contraception et à un bon niveau de vie a pu garder un potentiel physique de séduction et de désirs comme les hommes de 50 ans et plus qui deviennent jeunes pères passé 60 balais pour certains (rester jeune à tout prix avec une femme jeune pardi).
    En quoi leur désir serait plus important que celui des femmes du même âge, bien que dame nature en ait décidé autrement en ce qui concerne la procréation ?
    Soit la dame en question qui a bien batifolé (elle a eu des enfants) est ignare, soit elle n’a pas osé dire qu’elle avait un désir d’enfant et retenu qu’une partie des paroles du gynéco., qui lui même est peut être ignare, voire incompétent si les paroles rapportées par la patiente son vraies.
    Les grossesses tardives sont considérées comme dangereuses mais ça n’empêche pas certaines de tenter l’aventure aidées par des spécialistes qui veulent faire reculer l’âge de procréation (grossesses passé 55 ans paraît-il chez des femmes ménopausées).
    Les plus critiquables c’est qui ? les femmes enfantant tardivement par désir ou les médecins qui les utilisent comme cobayes volontaires en répondant à leur désir, occultant les conséquences futures?
    Ce serait sympa de connaître la fin de l’histoire ce cette dame en âge d’être grand mère.

  32. anita Dit:

    Je peux peut-être préciser que je fais partie de ces médecins qui pensent que l’inconscient existe (et même souvent qu’il est parfaitement diabolique) et que donc, le désir de procréer peut se situer largement ailleurs que dans la partie de soi qui dit « je ».
    Et que des fois « ça » se débrouille pour advenir.
    Mais c’est une opinion qui n’engage que moi et que je me garde d’asséner à mes patients…

  33. Tam Dit:

    et donc elle est enceinte finalement ? pfffffff, les gynécos… mes grands amis……………

  34. Rrr Dit:

    Bonjour à tous,

    Je n’ai pas eu de nouvelles de la patiente, c’était pendant un remplacement ponctuel il y a plusieurs mois déjà.
    Je sais juste qu’elle m’avait assuré ne pas vouloir DU TOUT de nouvel enfant.
    Désolée de ne pas vous en dire plus…

  35. E Dit:

    C’est un peu frustrant de ne pas connaître la fin de l’histoire…

    Marie: est-ce que votre fille a envisagé le stérilet ? Aucun risque d’oubli, et contrairement à ce que disent à tort certains gynécos mal informé, il existe des modèles qui peuvent être posés à des femmes n’ayant pas eu d’enfants…

  36. Poulpy Dit:

    Bonjour,
    Pour rejoindre le témoignage de Marie, j’avais demandé à ma gynéco un implant, ayant une trouille bleue d’oublier la pilule, elle avait refusé, expliquant que pour une jeune fille de 19 ans, rien de mieux que la pilule.
    En ce moment, mon implant arrive à sa date de péremption. J’ai découvert il y a quelques mois sur le site de M.Winckler que l’implant a une efficacité de 3 ans sur les femmes normales mais de 2 ans 1/2 seulement sur les femmes de plus de 80kg.
    Il se trouve que c’est mon cas depuis de nombreuses années et aucun gynéco ne m’a jamais mise en garde sur les 6 mois à risques quand j’ai eu mon premier puis mon deuxième implant. Par chance je suis du genre parano et j’utilise toujours 2 méthodes, je n’aurais pas supporté de « surprise ».
    Pour le moment, j’écume les pages jaunes pour trouver un gynéco mais ils sont tous débordés là où je suis, un peu comme les ophtalmos qui veulent bien me prendre en urgence dans 4 à 5 mois.
    A part ça j’ai découvert ce blog il y a peu de temps, j’aime beaucoup venir ici, merci de partager tout ça avec nous.

  37. souris de bibli Dit:

    J’ai survolé les commentaires et je reste toujours aussi perplexe devant la « naïveté » des gens dits intelligents qui ne comprennent pas que 80 % de la population française féminine ou masculine , même si elle crie haut et fort que les médecins agrandissent le trou de la sécu , sont aux bottes des labos …ces même personnes sont comme des gamins pris en faute lorsqu’ils sont assis face à la même blouse blanche …et ne disent plus qu’amen et que surtout quelque soit l’âge : les mystères de l’ovulation , du cycle biologique restent grands voire incompréhensibles …le médecin dit , je le crois … …beaucoup d’hommes ne veulent pas entendre le mot « règles  » , peut-être encore moins ménopause, beaucoup de mères ne parlent pas de ça …et ça je le sais pour voir débarquer des ados de 16 ans à la maison parce que notre ado à nous sait que sa mère appellera un chat , un chat et qu’il vaut mieux prévenir que guérir …résultats . me voilà conseillère en contraceptions , relations sexuelles et capotes parce que mère et infirmière auprès de filles qui finissent invariablement par dire « elle est cool ta mère  » Non , je ne suis pas une mère cool , je suis une mère responsable !
    Mais peut-être que je ne fréquente pas le même monde que vous : une anecdote :
    Fille de 17 ans hospitalisée , intervention chirurgicale , sonde urinaire pour 48 h qui dit à l’infirmière que je suis :
    « je vais avoir mes règles  »
    « Pas de problèmes , je vous apporte des serviettes hygièniques  »
    Regard perplexe de la jeune fille ,
    « Désolée , lui dis-je , avec la sonde . ça n’est pas confortable mais on va vite l’enlever cette sonde »
    « Euh , ça n’est pas ça , mais je pensais que le sang allait aussi passer dans le tuyau ! »
    21 ème siècle ? , oui 21 ème siècle ….

  38. Léonie Dit:

    Pour moi, comme Anita, le subconscient existe bel et bien, certaines maladies le prouvent. On peut agir à l’inverse de sa pensée, on peut agir aussi d’instinct.
    La dame (qui n’avait pas 17 ans) avait toutes les conditions réunies pour faire un enfant : vacances, pas ménopausée, pas de contraception (stérilet ôté on ne sait pourquoi), un batifolage sans retenue avec un conjoint aimant sans doute. Avec moins que ça on peut être enceinte quand on n’est pas stérile ou ménopausée. En parlant de stérilité, je connais des femmes traitées toute le vie pour stérité qui se sont retrouvées enceinte passé 40 ans après avoir abandonné tout traitement. le subconscient à peut être à voir là dedans.

  39. eo Dit:

    Ah le subconscient et les femmes stériles… La bonne vieille rengaine et notre manie de vouloir trouver des explications pour tout.

    En stage de gynécos j’en ai vu des histoires parfois heureuses, parfois horribles.La femme de 40 ans enceinte pour la 2ème fois après 10 ans de FIV, 2ème IMG, première pour spina bifida, 2ème pour trisomie 21.
    Son subconscient, hein !

    Une jeune femme après un lourd parcours PMA. Hématome rétro placentaire à 6 mois de grossesse, elle a perdu ses jumeaux, a failli y passer. A 3 portes de là dans le service, au même moment, une ado simplette avec un beau déni de grossesse -grossesse découverte à 7 mois-a eu la même complication, et a elle son petit gars en vue.
    Subconscient, n’est ce pas ?

    Et j’en passe et des meilleures…

    La seule chose à retenir de tout ça, c’est que la vie est parfois injuste, et que parfois c’est juste pas de bol puissance 10 000. Dire que c’est le subconscient c’est remettre une part de responsabilités sur le dos de ces patientes qui traversent une vraie tragédie personnelle.

    Et ça vraiment vraiment, ça m’insupporte.

  40. Nutella Dit:

    …à 51 ans, plus d’amour, plus de relations et plus d’envie d’enfant ? et pourquoi pas ? pourquoi cette norme , l’amour c’est bien entre 20 et 45 et les enfants entre, voyons, entre 27 et 35? voilà ce qui est le plus socialement accepté ..où est la vie là dedans ?(Nutella, à qui on a ligaturé les trompes à 28 ans, par sécurité, parce que elle devait se contenter des enfants qu’elle avait déjà et surtout ne pas protester).

  41. Tom Rakewell Dit:

    souris de bibli: les médecins se plaignent suffisamment du manque d’observance pour qu’on se dise que leur parole ne doit pas être à 100% d’évangile pour les patients. Le patient, et je me mets dedans naturellement, entend ce qu’il a envie d’entendre. Ça ne dérange pas les petites habitudes et il n’y a rien à faire ? « Ah ben c’est le médecin qui l’a dit, il sait ce qu’il fait ». Il faut faire un effort ou réfléchir ? « Euh, le médecin, mais qu’est-ce qu’il en sait ? »

    Quand un gynéco dit qu’une grossesse est « très peu probable », il n’y a pas besoin de savoir comment marche la mécanique, il suffit d’entendre ce qui est dit. Personnellement, comme Jaddo, j’entends « probable », ce qui me suffit pour me ruer à la pharmacie la plus proche. Visiblement, cette dame a entendu « très peu ».

  42. Marie Dit:

    Notre médecin traitant ne veut pas placer l’implant à ma fille parce qu’il disait avoir eu des difficultés à le retirer chez trois patientes. Que les doses d’hormones étaient bien trop importantes et provoquaient trop d’effets secondaires.

    Lorsqu’elle a parlé de stérilet, il le lui a déconseillé parce qu’elle n’avait pas de partenaire régulier.

    Et il insiste : « L’important, c’est le préservatif. »

    Bien sûr, mais il semble évident qu’elle ne gère pas bien. Elle ne devait pas être enceinte, puisque le petit ami s’était retiré… Et elle avait perdu la petite « trousse de secours » avec les préservatifs, l’argent et une prescription de pillule du lendemain que je lui avaitt fournie. Et oublié toutes les informations reçues.

    Oui, heureusement que le centre de planning a une autre approche.

    Non, l’anneau vaginal n’est pas une méthode idéale pour une adolescente mal dans sa peau. Qui ne tient pas d’agenda et est incapable de prévoir ni où elle sera, ni ce qu’elle fera, même dans un avenir aussi proche que le lendemain.

    Ce que je reproche au médecin, c’est de ne pas entendre la demande de ma fille. Surtout lorsque l’on connait son parcours et ses difficultés présentes.

  43. souris de bibli Dit:

    Pour Tom Rakewel :
    je continue à maintenir que une grosse catégorie de la population , et ce n’est pas faire de l’élitisme ….reste en dessous du niveau « moyen  » de compréhension…est que peu probable signifie : entre mes 51 ans , le fait que ma ménopause va arriver , que le médecin ne me remet pas de stérilet (mais POURQUOI !!!!!?????, demande la Souris . pour lui aussi peu probable veut dire risque 0 ? )je ne risuqe rien.

  44. marketplace Dit:

    Marie, c’ est sûrement très utile de reprocher des choses à ton médecin plutôt que de t’ en faire mieux comprendre ou d’ en changer …

    Franchement, de patients débiles en médecins débiles, de ragots en racontars, c ‘est pas comme ça que vous allez vous en sortir.

    Alors oui, ce sont des frustrations qui sont à l’origine de tout ça, mais justement, plus tôt vous vous sortirez la tête du cul et vous vous éduquerez et mieux vous vous porterez.

    Patients de France, Malades de France, Testez votre médecin et voyez s’ il est digne de votre confiance. Si oui, c’ est bon. Si non, eh bien modifiez votre rapport avec lui, voire changez-en.

    Et pour tous ceux qui me répondent déjà  » oui mais de toute façon comment savoir nous humbles profanes s’il est digne de confiance » ben c ‘est comme ça c’ est la vie, y ‘a que vous qui puissiez déterminer si oui, non, peut-être, un peu, moyen, pas du tout, il est digne de votre confiance ou pas.

    Et pour tous ceux qui continuent à répondre que « oui mais non on peut pas » ben c ‘est comme ça c’est la vie et des fois la vie elle vous nique mais si la vie vous nique venez pas pleurer que c ‘est la faute aux autres parceque y’en a marre de cette rengaine

    A tous ceux pour qui c ‘est toujours la faute aux autres:

    VOUS ME FAITES CHIER

  45. Radéchan Dit:

    :copaing:

  46. cardiologue de brousse Dit:

    …et c’est trés peu probable que vous soyez tou(te)s con(ne)s ?

  47. eo Dit:

    Tout le monde n’a pas la chance (et l’inhumanité, à vous lire) d’avoir fait 10 ans de médecine.

    Vous ralerez aussi lorsque vous vous ferez avoir par le vendeur de voiture, ou le garagiste.

    Nul ne peut être spécialiste partout…

    Seulement là, il ne s’agit que d’argent ou de voitures.

  48. marketplace Dit:

    Tu fais semblant ou t’es naturellement stupide?

  49. Marie Dit:

    Marketplace
    Ma fille est à son troisième médecin pour enfin obtenir qu’on lui place son implant.

    ça fait 8 semaines qu’on attend et que je lui rapelle de prendre sa pilule tous les jours.

    Ai-je dit quelque part que c’est la faute au médecin si elle ne sait pas gérer sa contraception ?

    N’a-t-elle donc pas le droit d’être assez lucide pour reconnaître que l’implant (ou le stérilet) est la meilleure solution pour elle ? Et ne vouloir à aucun prix courir le risque de subir une autre IVG ? Et préférer le risque des effets secondaires de l’implant ?

    J’ai lu la page consacrée à l’attitude aberrante de certains médecins concernant la contraception sur le site du Dr Martin Wincker.

    Eh bien, il n’a pas tort il me semble.

    Et si jamais, par malheur, vous êtes médecin et que les patients vous font chier au point de venir déverser votre hargne ici, changez de métier.

  50. E Dit:

    « Quand un gynéco dit qu’une grossesse est “très peu probable”, il n’y a pas besoin de savoir comment marche la mécanique, il suffit d’entendre ce qui est dit. Personnellement, comme Jaddo, j’entends “probable”, ce qui me suffit pour me ruer à la pharmacie la plus proche. Visiblement, cette dame a entendu “très peu”. »

    Si le gynéco pensait vraiment que c’était « probable », pourquoi ne pas lui avoir prescrit un nouveau stérilet ?
    C’était de loin le moyen de contraception le plus adapté à sa situation.
    En l’absence de prescription, le seul moyen de contraception qui lui restait, c’étaient les préservatifs, ce qui est tout de même bien plus contraignant au quotidien que le stérilet si on n’est pas habitué (et ce qui nécessite aussi l’accord de son mari… et quand on voit le nombre d’hommes qui ne se préoccupent absolument pas de contraception y compris avec une compagne jeune et fertile, on peut supposer qu’avec une femme de 51 ans, le sien ne devait guère se sentir concerné).

    Et puis on peut aussi penser qu’à force de lire régulièrement des discours de médecins sur le fait qu’à partir de 35 ans, la fertilité baisse, qu’après 43 ou 44 elle est très faible (ce qui est vrai en moyenne…), une femme de 51 ans finisse par penser que la fertilité et elle, ça fait deux (d’ailleurs le fait est qu’une femme de 51 ans essayant de tomber enceinte aura en moyenne une probabilité proche de zéro d’y arriver…)

  51. marketplace Dit:

    Ma pauvre Marie, tu ne fais que persister dans le même sens aberrant que celui dans lequel tu étais engagée dans ton commentaire précédent…

  52. Estelle Dit:

    marketplace si tu veux pas lire de témoignages de personnes qui ont eu un souci avec un médecin, ne lis pas les commentaires d’un post consacré à relater un problème similaire

    marien zappe les commentaires méprisants du sieur qui sont bien plus pénibles à lire que les tiens : tu sembles avoir la tête sur les épaules et chercher des solutions valables, bon courage ça doit pas être facile de voir son enfant dans cette situation

    sinon quand j’ai évoqué avec ma voisine que si son homme n’était pas content d’avoir une fille il n(avait qu’à s’en prendre à lui même (pour rigoler), je me suis rendue compte qu’elle ne savait pas que c’était l’apport génétique de mr qui détermine le sexe…

    faut pas oublier que bcp ont eu peu de cours de bio, on oublié tout ça passé l’école et s’en fichent… chacun son truc, j’ai surement posé des questions cons à mon comptable alors que lui aussi à les moyens de me planter dans les grandes largeurs

  53. marketplace Dit:

    Ton écriture vulgaire me dispense de commenter ta pensée nulle

  54. Rrr Dit:

    Bonjour Market,

    On va y aller mollo sur les commentaires hautains et non constructifs, vous voulez bien ?
    Merci d’avance.

  55. marketplace Dit:

    Tu veux du vrai ?
    Tu prends mes commentaires…

  56. guillaume Dit:

    @E : on n’entend que ce qu »on veut (ou ce que l’on craint)…
    Je ne connais pas ton âge, mais, à 20 ans p. ex., si ton médecin te dis « grossesse très peu probable », tu aurais plutot tendance à te dire « probable ».
    à 51 ans, tu n’es pas dans une génération « réflexe capote ». Tes copines commencent à être ménopausées. Tes gamins arrivent en âge de pouvoir faire des bébés. Tu as un stérilet changé régulièrement depuis 15 ans (d’ailleurs ton gygy te dis bien s’il faut revenir dans 3 ans. ou dans 5. ou dans 7. A priori tu lui fais confiance.) Et là, visite de routine, frottis, bla bla, et puis « ah tant que j’y étais, je vous ai enlevé votre stérilet, ça fait 3 ans (ou 5, ou 7) que vous l’avez, ce serait possible d’en remettre un autre mais bon, y’a quasiment plus de risque que vous tombiez enceinte, maintenant… »
    Je persiste à penser qu’il s’agit d’une faute professionnelle. Non pas d’avoir enlevé le stérilet. Non pas d’avoir joué avec les « quasiment » ou les « peu probable ».
    La faute est dans le fait de ne pas s’être assuré que la patiente avait conscience que le risque, si minime soit-il, existait.
    On ne peut pas se contenter de sous-entendus lorsqu’il s’agit de choses importantes. A-t-il seulement dit, clairement, « si vous avez des rapports il vous faudra des capotes » ??

    C’est comme ces gens qui sont hospitalisés et soignés en centre anti-cancéreux, à qui jamais personne n’a dit le diagnostic ou le mot « cancer ». Malgré le gros sous-entendu (« ben oui, mais moi si j’étais hospitalisé en oncologie, je me douterais bien que j’ai un cancer… ») un certain nombre ne réalise pas qu’ils ont cette maladie.

    Chaque mot compte. Chaque silence aussi.

  57. Léonie Dit:

    Personnellement, j’ai toujours entendu dire depuis mes 12 ans que les règles était renseignement précieux à prendre en compte pour tout risque de grossesse quelque soit l’âge, même d’ailleurs lorsqu’on allaite (retour de couche), combien de femmes se font avoir parce qu’un gynéco a dit qu’il n’y a pas de risques. Ma belle soeur en a fait les frais, 2 enfants à 9 mois d’intervalles à cause d’un l’allaitemement. On a des règles, donc risque, même si baisse de fertilité (ce que m’a toujours dit mon gynéco, qui est une femme).

  58. doc Holiday Dit:

    ….
    Je comprends la réaction de marketplace. Nous avalons déja beaucoup de couleuvres en consultation, et nous retrouvons les mêmes contradicteurs de mauvaise foi lorsqu’en mode délassement nous parcourons les réactions aux nouvelles de Jaddo. FRUSTRATION!!!

  59. DocV Dit:

    Je vais être honnête au risque de choquer: Je m’attendais à ne trouver que des confrères sur ce blog et cela me plaisait bien et je constate qu’il y a de plus en plus de patients. Au départ nous étions contents d’échanger entre nous nos coups de gueule solidaires, nos frustrations vis à vis du système, des patients. A présent, nous savons que d’autres yeux nous lisent et moi personellement cela me dérange. Je ne me sens plus libre. Je conçois bien que ce blog étant sur le net, il est ouvert à tous, mais trop de liberté tue la liberté n’est-ce-pas? Je voudrais presque voir une fenêtre apparaitre à l’ouverture où il faudrait rentrer son numéro d’ordre et son mot de passe pour y accéder.

    Je n’ai jamais pu rester sur Doctissimo et compagnie plus de 5 minutes tant ça me semble un gouffre chronophage sans limite, je serais déçue si ce blog évoluait en forum médical pour patients insatisfaits. C’est ainsi que je vois les choses. Et pour moi cela explique que le ton des discussions parte ainsi en sucette.

    Jaddo tu es victime de ton succès, tu n’y peux rien.

  60. cardiologue de brousse Dit:

    j’avoue ne pas partager le point de vue de Doc V; venu par hasard sur ce blog (recherche genre  » jusqu’où doit aller l’oursitude dans la vie moderne ? » ) j’ai , comme beaucoup d’autre, été séduit par la qualité littéraire des post de Jaddo; que je sois médecin fait peut-être que sa prose me parle peut-être un peu plus , ou en tout cas me permet de me ( nous )reconnaître dans bien des situations.
    Mais ses TEXTES ne me paraissent pas réservés aus seuls médecins et les commentaires qui y sont attachés ne font que refléter ce que ces textes réveillent en chacun de nous, médecins et non médecins
    il n’y a pas pour moi les médecins d’un côté et les non-médecins de l’autre ( comme il y a les vivants , les morts et ceux qui vont sur l’eau )

    l’absence de modération préalable obligatoire avant publication fait également la preuve que ce blog peut s’auto-réguler, et donc c’est un peu comme l’auberge espagnole, chacun apporte de qu’il a ou ce qu’il peut, et si tu peux peu, alors tant pis pour toi…

    quant à rentrer son numéro d’ordre et un numéro de passe pour acceder au site, je n’aurai qu’un commentaire : je pouffe ( comme Jaddo sans doute …)

  61. DocV Dit:

    Contente que vous pouffiez car c’était fait pour.

  62. Marie Dit:

    Moi je suis contente de lire les textes de Jaddo.

    ça me permet de mieux comprendre toute la difficulté de ce métier.

    Parfois, cela me donne l’occasion de réfléchir sur ce que mon comportement de patiente puisse être crispant (La date de vos dernières règles ? Heu…..? Le nom du médicament que vous avez pris ? Heu… Ca commençait par Ma… c’était des petites pilules jaunes…). Maintenant, je prends des notes avant d’aller chez un médecin !

    Et à me confirmer que j’ai raison de faire confiance au médecin que j’ai choisi (un désaccord sur son attitude au sujet de la contraception ne va pas m’en faire changer)

  63. cardiologue de brousse Dit:

    Hé ! Doc Vé, on s’fait une p’tite pouffe alors ?

  64. Léonie Dit:

    Réserver les post de jaddo que j’apprécie beaucoup depuis que je le ai découverts, qu’à une minorité? ce serait franchement pas sympa. Un soupçon d’égoisme ou un trop plein d’égoisme?
    Jaddo est partageuse, c’est tout à son honneur et elle sait mettre de l’ordre quand ça dérape un peu trop, c’est l’essentiel.

  65. Léonie Dit:

    PS. Mettre de l’ordre tout en finesse et c’est pas donné à tout le monde.

  66. DocV Dit:

    Bon, sans pouffer, oui c’est égoïste et sans doute orgueilleux de ma part, mais ça n’existe pas les exutoires médicaux exclusifs sur le net!!! Ou du moins pas à ma connaissance. Alors j’ai bien cru qu’ici c’en était un!! Si qqn connait dites-le moi. Les FMC ce n’est pas pareil. On peut moins déconner quand même quand on a les autres devant soi.

    OK je vais être plus libérale dans mes commentaires.

    D’un autre coté si ça peut faire communiquer les médecins et les patients autrement, c’est pas plus mal…

  67. Mercredi Dit:

    DocV, tu as des listes de discussions réservées aux médecins, où la discussion n’est pas forcément que « sérieuse ». Je connaissais MGliste, par exemple. Personnellement, j’ai trouvé ça très enfermant. Je trouve les interventions des « non-médecins » ou des paramédicaux plutôt rafraichissantes, dans la mesure où, effectivement, il ne s’agit pas de « récriminations de patients insatisfaits ».

  68. Dr Viovio Dit:

    Je viens pour la première fois sur ce blog et plusieurs réflexions me viennent. Sur l’histoire en elle-même, je ne sais même pas comment certains d’entre vous peuvent accuser cette femme d’être un peu simplette de ne pas se douter qu’elle pouvait tomber enceinte ! C’est le gynéco qui déconne complètement ! On n’enlève pas un stérilet à 51 ans si la patiente n’est pas ménopausée ! On attend tranquillement que la ménopause arrive et on n’en parle plus. Je ne suis que simple généraliste mais j’ai quand même ces notions de base !
    Par ailleurs, concernant la contraception en général, je suis toujours effarée de comment on présente ça aux femmes. Ce n’est pas au médecin de choisir la contraception de sa patiente. Il doit l’informer sur les différentes méthodes qui existent, et c’est la patiente qui choisit en connaissance de cause. Bien-sûr, s’il y a des contre-indications médicales, le médecin doit mettre son véto, mais seulement là. Concernant l’implant, je ne comprends pas que les gynécos et les médecins généralistes soient aussi réticents. Franchement, je crois que c’est une excellente méthode contraceptive et ce n’est pas sorcier à poser ni à retirer. Après 2-3 fois, on fait ça quasiment les yeux fermés ! Il y a sûrement un défaut de formation et d’informations des médecins.
    Enfin, un blog qui regroupe des médecins et des patients sur des textes très bien écrits et tellement représentatifs de notre exercice, je ne peux qu’applaudir. Il faut arrêter d’être dans une logique élitiste, le rôle du médecin est aussi d’expliquer et de discuter avec son patient. On est dans une relation horizontale et non verticale comme beaucoup aiment à le penser !

  69. cardiologue de brousse Dit:

    j’aime assez bien  »…une relation horizontale… » précisément dans le cas présent !
    on laissera les relations verticales aux p’tites jeunes qui confondent encore érotisme et gymnastique

  70. PapyDo Dit:

    Je découvre et je suis déjà accro.
    En ce qui concerne le risque pour la patiente, au vu de l’actualité papale, y’a aussi le risque d’excommunication.
    Je tremble

  71. melul Dit:

    bonjour,
    je venais aux nouvelles: et … pas de nouvelles!
    est ce que tout va bien?
    je pense fort à toi! reviens nous vite!

  72. mdt Dit:

    je suis contente de voir que des jeunes médecins pensent comme moi, qu’une femme de 51 ans non ménopausée peut se retrouver enceinte, car moi aussi en médecine du travail, les salariées me racontent ce genre de choses. Il faut arrêter de faire de la médecine statistique, la médecine est individuelle, aucun cas ne ressemble à un autre et le plus souvent même pas à ce qu’on a appris dans les livres. Bienvenue les jeunes dans le beau monde de la vraie médecine, difficile mais passionnant

  73. La vie (où est le) mode d'emploi (?) Dit:

    J’aime beaucoup l’idée de la petite guillotine aléatoire.
    Et j’ai envie de savoir ce qu’elle en a fait, la dame, de cette grossesse… même si je le suppose.

Répondre