Pipi

22 juillet, 2008

J’ai eu une grande leçon de médecine, un jour, alors que j’étais externe.
Qui a probablement un peu conditionné mon amour inconditionnel de l’interrogatoire.

Je ne sais plus rien du stage, plus rien du médecin, plus rien du patient.
Mais je me souviens nettement de la conversation :

- Et à part ça, tout va bien, vous n’avez rien à signaler ?
- Non non, tout va bien.
- Pas de problèmes pour uriner ?
- Non docteur, ça va très bien.
- Vous urinez normalement ?
- Oui oui, sans problème !
- Et les urines sont normales ?
- Oh bah oui…
- Et elles sont de quelle couleur ?
- Ah, bah rouge vif, rouge porto, ça dépend…

Je me souviens qu’au fur et à mesure des questions, je me disais : « Non mais ça va, il te dit que ça va bien ! Pourquoi tu le prends pour un débile alors qu’il te dit que ça va ? Tu vas pas rester trois heures là pour savoir s’il fait bien pipi, le monsieur TE DIT QUE CA VA ! ».
Je suppose que le médecin avait de bonnes raisons, que j’ai oubliées, de pousser les choses, mais j’ai appris ce jour-là qu’il faut garder en tête l’océan qui sépare parfois les représentations du médecin et celles du patient.

Quand on dit « Vous n’avez pas de problème de tension ? », les gens répondent « Non non ! Ma tension est normale ! », alors qu’ils prennent trois médicaments différents depuis 10 ans pour parvenir à ce qu’elle le soit.
Quand on demande « Vous avez déjà été opéré ? », les gens répondent « Non ». Mais quand on précise : « Appendicite, amygdales ? », ils disent « Oh, bah oui, ça, quand même, bien sûr ! ».
Quand on demande « Vous prenez des médicaments habituellement ? », les gens répondent non. Sauf la pilule et les diantalvic et le biprofenid, mais ça, ça compte pas.

Et, ça n’a rien à voir, mais je tiens à le dire : si on dit « Couchez-vous sur le dos », ils se couchent sur le ventre.
TOUS, sans exception.
Du coup, maintenant, je dis « Allongez-vous ».

14 Réponses à “Pipi”

  1. MBS Dit:

    A ce jour, je ne n’ai tjrs pas pigé pourquoi les gens se mettent systematiquement sur le ventre lorsqu’il leur est demandé de se mettre sur le dos !!! si qq’un a une explication…

    3 textes d’un coup.On est gâtés.

  2. cardiologue de brousse Dit:

    deux fois sur dix chez les hommes, et une fois sur deux chez les femmes ( si, si !!) quand je demande au patient allongé de se tourner sur le côté gauche ( pour faire une écho cardiaque ) il se tourne du mauvais côté…
    pourtant gauche et droite, c’est pas pareil, non ?

  3. yahel Dit:

    Mince, vous me surprenez…me suis jamais mise sur le bide… ni à droite quand on me présentait les tubes explorateurs à gober à gauche….. suis je normale?
    ;-)

  4. Melusine80 Dit:

    Un patient: « J’ai mal à l’estomac »
    Moi, « Ok Y’a de l’Ini**** de prescrit » Et là je le vois appuyer sur sa fosse iliaque droite…
    Moi: « Euh.. Vous avez mal où exactement? »
    Il me montre sa fosse iliaque droite: « Bah, ici, à l’estomac! »

    Toujours vérifier!

  5. Sel Dit:

    100% VRAI
    Même histoire pour l’estomac il y a une semaine.

  6. Isabelle Dit:

    Ouffff… Ca se confirme, cette loi du genre qu’un gentil médecin m’avait énoncée un jour pour me consoler de ma manifeste confusion pendant que je me demandais ce qu’il allait m’ausc… euh… m’examiner ;-) pendant que je m’allongeais consciencieusement sur le ventre. Son explication à lui, c’était : pudeur. J’avoue que, sur ce coup-là, j’ai des doutes, n’ayant pas a priori moins de complexes à exhiber mes fesses que mes seins devant un tiers. Plutôt, je pense que ma réaction tient effectivement au verbe « couchez-vous ». Se coucher, pour moi, c’est aller dans mon lit, et c’est fatalement sur le ventre ; donc, oui, je crois qu’avec « allongez-vous », ce serait plus clair :-)

    Sinon, et ça n’a rien à voir non plus, mais j’espère que tu ne m’en voudras pas d’avoir missionné ma fille pour faire circuler ton blog à ses copains qui rentrent en fac de médecine à la rentrée prochaine. Je suis persuadée que ce sera un gros + pour affronter leur première année. (comme quoi, il ne faut pas faire trop de généralités, cardiologue de brousse : il y a AUSSI quelques enseignants – puisque c’est là un de mes moindres défauts – qui ne font pas TOUJOURS la gueule ;-) Pour ma part, un médecin qui me mimerait le gros-vilain-caillot en gonflant les joues aurait au moins le mérite de me faire rire à un moment où on n’en a pas forcément envie.)

  7. Rrr Dit:

    Joli, le coup de la fosse illiaque droite !
    Je crois qu’on aurait décidément quelques surprises si on vérifiait tout, tout le temps.
    Il faudra aussi que je vous fasse un best-off de mes meilleurs « Je suis enceinte, pourtant je ne comprends pas docteur, je….. »

    Et merci d’avoir fait circuler le lien Isabelle :)

  8. Papydoc Dit:

    Même type d’interrogatoire, il y a une petite trentaine d’années, à propos d’une anémie ferriprive chez une jeune femme :
    - les règles sont régulières ?
    - oui
    - abondantes ?
    - non, normales
    - des caillots ?
    - non
    - elles durent longtemps ?
    - un peu, oui
    - vous êtres réglée actuellement ?
    - oui
    - ça a commencé quand ?
    - il y a 1 an et demi ….

  9. Vanni Dit:

    Oh c’est trop vrai tout ça…ou comment je me fais avoir pendant l’interrogatoire!!

  10. Paracétamol et grossesse, tout ce bruit pour ça ? | Openblueeyes Dit:

    [...] on sait aussi, depuis très tôt dans l’apprentissage de la médecine, que l’interrogatoire est un art : – Vous prenez de l’alcool tous les jours ? – Non. – Et de la bière ? – [...]

  11. HIsoka Dit:

    Et une question : est-ce que vous avez déjà essayé en demandant aux gens de s’allonger … sur le ventre ?

  12. Doublehp Dit:

    Perso, je me demande si c’est pas un problème du à deux choses:
    - le fait de réfléchir: devoir faire consciement un acte habituellement réflèxe, pose un problème au cerveau; et comme c’est censé être un réflexe, il agit spontanément, mais comme il n’a réfléchi qu’à moitié …
    - une fois horizontale, je suis complètement perdu; je connais très bien ma droite et ma gauche DEBOUT; levez le bras, tournez vous … tout ça passe bien debout. Mais allongé, ça passe pas. Je recommande donc d’aller chercher du coté des centres de l’équilibre. Je ne pense pas au niveau de l’oreille, mais directement neurologique.

    Dans les deux cas, le problème est dans le cerveau.

    Je ne me trompe jamais de coté, mais, je dois réfléchir parfois une dizaine de seconde avant d’être sur de moi.

  13. Docmam Dit:

    Oui c’est fou ça ! Quand je dis allongez-vous, pas de soucis; mais quand je précise « mettez-vous sur le dos »… ils se mettent tous sur le ventre…

    Peut être que la précision gêne au final, et comme on entend « dos » ils se disent qu’on doit vouloir le regarder ce dos…

  14. do Dit:

    pour moi, je me suis rendu compte que
    quand j’entends « à droite »,
    je comprends « ça va, continue comme tu avais prévu »,
    et quand j’entends « à gauche »,
    je comprends « non, va pas par là, tu te trompes,
    fais le contraire de ce que tu allais faire. »

    sans doute une sorte de prolongement du senestre/sinistre d’antan.

Répondre