Y a-t-il un médecin ?

8 octobre, 2008

TGV Paris-TrouPaumé.

Je suis réveillée en sursaut par Nicole. (Nicole, c’est la fille universelle qui cause dans les trains, dans les répondeurs de téléphone et qui me dit de faire demi-tour dès que possible dans mon GPS)
Là, Nicole veut savoir s’il y a un médecin parmi les voyageurs pour un passager malade en voiture 5.

Je fais semblant de soupirer un peu et je me lève, pour aller voir ce qui se trame du côté de la voiture 5.
Ca va sûrement me passer avec l’âge, mais je continue à trouver ça super jouissif, de se lever au milieu du train quand Nicole demande un médecin.
Pour la prochaine fois, je prévoirai une jupe à volants rouge et ma ceinture dorée.
Et puis c’est toujours fastoche, dans les trains. Des petits malaises, des petits bobos, jamais rien de grave. Enfin jusqu’ici du moins. Je croise les doigts pour que ça continue.
Parce que le jour où il faudra injecter en IV un truc en urgence à un gars qui va vraiment mal, Nicole aura intérêt à trouver un autre médecin fissa.

En plus, dans leurs trousses SNCF, qui sont soit dit en passant à peu près aussi épaisses que leurs sandwiches, à part un stéthoscope de poupée que même sans le tchoutchoutrrrrrrrrrrrKKrrrrrrrtchou du train on n’entendrait rien, y a que de l’IV.
Paracetamol IV, Spasfon IV, Primperan IV.
Ce qui est passablement idiot, étant donné que le type, si c’est d’un peu de Doliprane dont il a besoin, personne va aller s’amuser à lui faire une IV pour ça.
Bref.

Je me rends donc voiture 5, traversant majestueusement l’allée centrale, au milieu des voyageurs qui ont tous l’air de m’envoyer des pétales de roses et des palmes d’or avec les yeux.
C’est que personne ne leur a dit que j’étais infoutue de faire une IV.
Mais ça fait plaisir quand même.

Je tombe sur le contrôleur en début de voiture 4, qui a toute la panique du monde accrochée sur le visage. Il bégaie d’effroi, il met des points d’exclamation à la fin de toutes ses phrases, et moi, je suis encore un peu embrumée.
Il est accompagné d’un grand type, qui se présente : il est médecin, mais biologiste, et heuuu, ça fait longtemps qu’il n’a pas fait ça, alors heu si je peux m’en occuper, bon, lui ça l’arrange.
Je libère l’affable biologiste et me tourne vers le contrôleur désemparé.

- On a une personne qui va très très très mal !! Il faut que vous alliez la voir ! Elle est dans un état pas possible !
- …
- !!!!
- Voui, qu’est ce qui se passe ?
- Elle dit qu’elle s’est faite violer !

Rassemblant avec effort tout ce que je peux de connexions neuronales, je demande :
- Heu… Hein ???
(Oui, ça a l’air pas terrible, comme ça, mais je tiens à souligner que mon effort intense de concentration m’a permis de décider en quelques millisecondes que le moment était passablement mal choisi pour expliquer au monsieur qu’on ne dit pas « Elle s’est faiteuh violer », sauf Desproges qui a le droit parce qu’il fait exprès et parce qu’il a tous les droits, et qu’il était préférable de demander quelques précisions.)

- Oui ! Oui ! Elle dit qu’elle s’est faite violer ! Elle est dans un état pas possible !
- Heu… Mais, heu, là, dans le train ??
- Non ! Non ! A Paris ! Enfin avant !
Et là, je vous jure que c’est la vérité vraie, il ajoute :
- Il faut que vous alliez l’examiner avec la trousse de s’cours !!

Bin oui, l’examiner avec la trousse de secours, bien sûr, je vois ça d’ici… « Bonjour Mademoiselle, pourriez-vous écarter les cuisses s’il vous plaît, j’en ai pour deux minutes… »

- Bon, écoutez, je dis, d’un ton que j’essaie de faire très genre « Papa est là, maintenant, alors tout le monde va se calmer très vite avant de s’en prendre une paire », je vais aller la voir, mais à part essayer de la calmer et de la conseiller comme je pourrai, je ne vois pas bien ce que je pourrai faire de plus.
- Bin comme ça au moins vous nous direz s’il faut appeler le samu !!
- …

Je m’approche de la plateforme suivante, talonnée par le contrôleur soigneusement aggripé à ma jupe à volants rouge. Je profite de ce court répit pour essayer de prévoir ce à quoi je peux m’attendre, et ce que je vais bien pouvoir faire de tout ça.
Grosso modo, j’arrive à la conclusion qu’il y a une urgence à éliminer : grande psychotique en décompensation. Si oui : pompiers et hôpital au prochain arrêt. Toute autre situation : calmer, rassurer, et voir ce qu’on fait en fonction d’où elle va, de qui l’attend et de comment elle peut se rendre au commissariat et/ou à l’hôpital.

On finit par arriver à la plate-forme qui sépare les voitures 4 et 5, alors que le train ralentit pour s’arrêter en gare de TrouPaumé.
Elle est recroquevillée dans un coin, le menton posé sur les genoux. A première vue, comme ça, elle n’a pas l’air d’une grande psychotique en pleine décompensation. Juste d’une petite marmotte dont on aurait enfumé le terrier.
Je m’agenouille, je me mets à son niveau, je pose une main sur la sienne.
« Bonjour, (que je lui dis), je suis médecin, je viens voir… »

Je suis coupée par Nicole, qui me demande de m’éloigner avant la fermeture automatique des portes.
Je me tourne vers le contrôleur : « Mais heuuu, on repart, là ?? On ne s’arrête pas ? »
- Bin non ! Non, on ne s’arrête pas ! C’est votre arrêt ??!! Sautez ! Sautez !

Le gars, y a cinq minutes, il voulait appeler le Samu, et là, même pas il s’arrête trois minutes en gare le temps de voir ce qu’on fait.
Prise de court, j’ai sauté.
En priant pour que les amies qui m’accompagnaient aient eu la présence d’esprit de débarquer avec elles mon sac et mon manteau.
Petite marmotte, je suis désolée de t’avoir plantée là.
Gentil biologiste, je suis désolée aussi de t’avoir refilé le bébé.
Mais bon, ça m’a fait une histoire à raconter à mes copines, en échange de mon sac et de mon manteau.

67 Réponses à “Y a-t-il un médecin ?”

  1. Mistinguette Dit:

    Incroyable !

  2. Super Tomate Dit:

    Hi hi !!!
    Si la pauvrette n’avait pas eu une expérience aussi traumatisante, j’aurei fait AH hahahah !

    M’enfin, voyons, c’est connu qu’un gentil médecin a TOUJOURS sa malette d’urgence sur lui, dans le cas contraire, une efficace imposition des mains et le tour est joué !

  3. doclili Dit:

    euhh.. là je dis « cé pô possib’ !!! »
    Alors Wonderwoman, avec ses supers pouvoirs, elle a volé hors du train !? (avec ou sans couettes ?)
    Vive la sncf !!

    Pour la petite histoire, nicole m’a parlé dans un TGV(j’étais externe en train de réviser la gynéco, j’étais grillée !!) et j’étais avec une infirmière scolaire et un médecin conseil ! Mais la suite est beaucoup moins drôle !!
    Bises et bons futurs sauvetages en train, avion, pédalo, patinette !

  4. Avalo Dit:

    Ca me fait toujours penser aux annonces en avion « mesdames, messieurs, pourriez vous dans le plus grand calme demander à votre voisin s’il est sait piloter cet avion ? Ensuite nous servirons du café et des cahuètes…. »
    Pour le coup du train, je l’ai aussi vécu mais juste à la place du pote qui ramasse manteau et valises (et ça peut être lourd une valise de médecin femme (hum!)) et je confirme que les consignes de la SNCF ne sont de s’arrêter que s’il y a risque vital, sinon on verra à l’arrêt de 5 mn à Chechignieux sur monge…

  5. solène Dit:

    C’était un train fou!… Vous avez bien fait de sauter!

  6. lorna Dit:

    mmh moi je suis tellement saint bernard que je serais rester dans le train quitte à revenir sur mes pas en train…

    en tout cas vive la sncf et ses consignes àla c…

  7. Luk Dit:

    C’est assez fou que le conducteur n’ait pas demandé au régulateur l’autorisation de rester en gare quelques minutes le temps de voir quoi faire, vu comment le contrôleur était paniqué…

  8. Tam Dit:

    ils sont d’une logique implacable à la SNCF…………….

    ça me rappelle dans un TGV la rochelle-paris, annonce « on a besoin d’un médecin ou de quelqu’un qui s’y connaît un peu pour un voyageur malade en voiture bar svp »… comme une con jme dis « bon ben… je vais me dévouer », je commence à me diriger vers la voiture bar, tout le monde me regarde comme si j’étais super-woman aaaah quelle horreur… jme dis « bon aller un diabétique qui fait une hypo… » puis nouvelle annonce « cette annonce ne concerne que les voitures 1 à 10″, sauvée par le gong, j’étais en voiture 14 et étais donc ds l’autre rame !!!!! m’enfin ils n’avaient même pas pensé à préciser quelle voiture c’était, les abrutis ! -_-

  9. docteursachs Dit:

    En plus si tu es Desprogeophile…, je peux pas te demander en mariage, mais peut être une association?

  10. Isabelle Dit:

    Arghhhh… tu réveilles mes angoisses latentes depuis que j’ai eu l’idée sotte et grenue de faire un stage pour passer l’A.F.P.S. (j’arrête pas de dire à mes infirmières scolaires préférées qu’il faudrait qu’elles songent à me recycler un peu, même pas le début du commencement de l’idée de comment il faut s’y prendre pour mettre un blessé en PLS, depuis le temps…)

    L’anecdote la plus « drôle », dans l’histoire, c’est que la formation était assurée par les pompiers de la ville. Environ 15 jours plus tard, agression à l’arme blanche devant le lycée à 8 h du matin, avec l’émeute qui s’ensuit, et, bien entendu, j’étais seule, à part la gardienne, le cerveau passablement embrumé (le mien, pas le sien).

    Je m’approche de l’attroupement hystérique (l’attroupement, pas moi), vois un couteau dont la lame devait bien faire deux fois ma paume voler, le ramasse, vais le mettre à l’abri à la loge et demande à la gardienne d’appeler les pompiers avant de retourner dans la foule essayer d’en extirper un éventuelle victime. Je récupère un gars qui avait une sérieuse entaille sur plusiers strates constituées d’un gros blouson de cuir et de deux-trois épaisseurs de linges de textures variées (c’était l’hiver, il faisait froid, heureusement pour lui) pour finir par une boutonnière de quelques centimètres de largeur et de profondeur à l’épaule. Je l’isole à son tour – non loin du couteau, mais la gardienne l’avait caché dans le tiroir de son bureau entretemps – et je compresse le saignement pendant qu’elle me passe les pompiers. Et là, je bredouille des trucs assez incompréhensibles, omettant par exemple de décliner mon identité et le lieu d’où j’appelais.

    Bref, le camion rouge débarque sirène hurlante dans les 3 minutes, s’attendant sans doute à trouver un bain de sang, vu la panique de l’interlocutrice… et je me retrouve nez à nez avec l’un de mes formateurs à qui j’avoue, très confuse, devant son air hilare : « ben à vrai dire, protection et secours, ça va, j’ai retenu, mais alerte, c’est pas encore au point ».

    Bon, ils ne sont pas chiens, les pompiers, ils me l’ont quand même emmené se faire recoudre, mon gars, et je crois me souvenir qu’il a réussi à obtenir assez faiclement de l’Inspection académique un changement de lycée en expliquant qu’il n’était pas trop en sécurité dans celui-ci, car un peu trop repéré par des gens qui ne le portaient pas forcément très haut dans leur estime :s

  11. Isabelle Dit:

    @ docteursachs : depuis le temps que je lui demande de s’installer en bas de chez moi – à défaut moi aussi de pouvoir la demander en mariage – je proteste énergiquement contre votre proposition, sauf si vous acceptez d’installer votre cabinet dans mon quartier (quoique, avec ce que je viens de raconter, je crains fort de ne vous avoir motivés ni l’un ni l’autre…)

  12. Tom Rakewell Dit:

    Question conne. Est-ce que les médecins et autres professions de santé sont soumis à un super-devoir d’assistance à personne en danger ? Je ne parle pas sur le plan moral, juste juridique. Si Jaddo avait fait la sourde oreille alors que c’était une urgence vitale, qu’est-ce qui se serait passé ? Le conseil de l’ordre lui aurait cassé les tibias ? Il aurait fallu lui apporter des oranges ?

  13. Tom Rakewell Dit:

    @Isabelle : j’ai assisté un jour au malaise d’une mémé. J’ai réussi à écarter la foule des badauds avec leurs bons conseils (« faut lui mettre de l’eau sur la figure… des baffes… etc. ») et là, face à la victime, le trou, la panique. Mémé n’a pas l’air d’avoir une hémorragie, je constate qu’elle est inconsciente, mais je fais quoi après ? Heureusement un médecin s’est présenté et j’ai pu lui refourguer mémé.

    Isabelle, vous êtes prof ? Bravo pour l’AFPS. Je trouve sidérant que ça soit pas obligatoire pour les enseignants. Quand j’étais au collège, j’ai vu un camarade faire un malaise et mourir en cour de récré. Personne ne savait faire un massage cardiaque et les pompiers sont arrivés trop tard. Il serait peut-être mort quand même, mais ça m’a marqué assez pour passer l’AFPS puis devenir SST plus tard…

  14. mihnas Dit:

    et dans l’avion, l’hotesse de l’air qui demande avec son plus bel accent « is there a medical doctor in the plane? » …

    on avait un medical doctor parmis les passagers, qui est allé s’occuper du malade ..qui devait être relativement ok puisqu’on a continué notre vol jusqu’à destination
    le Doc y a gagné une bouteille de champ et les applaudissement du public ;)

    moi en bonne passagère égoiste ,le premier truc que je me suis dit  » ha non pas l’atterissage en urgence à petaouchnoque .. j’ai déjà 2h de retard ca va bien »

  15. cardiologue de brousse Dit:

    pour Tom Rakewell : comme tout quidam,  »on » ( les docteurs ) doit assistance à personne en danger; après, peu importe l’endroit et les conditions dans lesquelles on porte assistance, on redevient le professionnel de santé qu’on est , et DONC responsable de ses actes, en fonction de la situation d’intervention ( si la trachéo faite avec le stylo bille sur l’asphyxique réussit , champagne dans l’avion pour tous le monde , mais si ça merde les avocats de la veuve vont se délecter …) ceci étant comme il est classique  » on a obligation de moyens mais pas de résultat  »
    j’ai assuré amicalement une assistance médicale sur des circuits de moto-cross en compétition ; ma responsabilité médicale était engagé sur le plan juridique en cas de pépin ( qui n’est pas forcemment celui auquel on pense car une année j’ai assuré l’évacuation sanitaire d’une spéctatrice sur le point d’accoucher jusqu’à la maternité distante de 10 km : je n’en menai pas large ! elle a accouché 10 mn après être arrivée ) )
    donc faire ce qu’on sait faire et pour le reste  » primum non nocere »

  16. cardiologue de brousse Dit:

    pardon :  » tout d’abord, ne pas nuire  »

  17. guérir Dit:

    Cardiodebrousse jette un oeil à ça

    http://www.randomhouse.ca/catalog/display.pperl?isbn=9781588367235

  18. Tom Rakewell Dit:

    Plus précisément, est-ce que le fait d’être médecin est une circonstance aggravante en cas de non-assistance ? Par comparaison, être ceinture noire de karaté est généralement considéré comme une circonstance aggravante par le juge quand on est inculpé pour coups et blessures.

  19. Rrr Dit:

    Je passe en vitesse, juste pour dire : oui, être médecin est une circonstance aggravante en cas de non assistance à personne en danger.

  20. Radéchan Dit:

    Que des emmerdes ces histoires de ‘y a-t’il un médecin dans l’avion ?’ et quasi toujours pour des conneries, donc j’avoue que faut vraiment que personne ne se lève au bout de 2 minutes pour j’aille faire le guignol auprès du malaise vaguement vagal-hypoglycémique habituel…C’est d’ailleurs symptomatique de notre époque, l’affaire du collègue Ardéchois le montre bien : vaut mieux ne pas être là au mauvais moment.

    Interne, dans un périph’ de m’de et de nuit, une voiture avait laissé devant l’entrée en toxico en overdose, que j’ai récuperé avec du Narcan, mais que j’ai mal dosé (pas d’expérience de cela !) donc trop vite réveillé, agitation, vomissements dans un poumon. Ceci étant, je l’ai sauvé. Ben l’a fallu revenir, le lendemain de garde, pour donner des explications. Ce qu’on me reprochait ? Pas de l’avoir sauvé, ou de m’être démerdé avec une infirmière de nuit qui ignorait où trouver de l’oxygène ou un masque, non. C’est de l’avoir dit au Samu. Morale : faut pas être là quand il y a une couille, sinon c’est de la faute du lampiste.
    J’en profite pour saluer les collègues qui travaillent à l’hôpital, avec l’ambiance de me’de qui y règne ; ils sont méritants.
    Bon courage aux jeunes, leur souhaitant de trouver une pratique le plus éloignée possib’ du premier recours…

  21. fossette Dit:

    Alors donc, il y a des médecins, dont tu fais partie, qui trouvent super jouissif d’intervenir dans un train ou un lieu public! Je dois dire que ça m’en bouche un coin, parce que moi, je serais plutôt du genre du Dr Coq (http://docteur-coq.over-blog.com/article-6979648.html), à fuir discrétos par la petite porte, bon, en ayant reluqué de loin qu’un couillon a pris la situation en main!!! (j’adore l’illustration de cet article du dr Coq! comme d’ailleurs la plupart des autres aussi.
    Merci Rrrrrr pour ces bon moments de lecture

  22. Marie Dit:

    Snif, moi je l’aime pas cette histoire… C’est toujours très bien écrit, on s’y croirait, même qu’on en rigole tellement on imagine la scène avec le biologiste et le contrôleur… mais je suis trop triste pour la petite marmotte abandonnée là !
    Oui, je sais, je suis fleur bleue, et alors ?!

  23. tropserieuse Dit:

    à Marie

    hélas même avec des couettes, on ne pourra pas sauver tout le monde
    notre disponibilité a ses limites…

  24. Mistinguette Dit:

    …Moi pareil !

  25. Mistinguette Dit:

    …que Marie, j’entends… d’ailleurs, je m’appelle aussi Marie… ça doit être une question de prénom…

  26. HP Dit:

    il faudrait quand même que tout ce petit monde trouve un moment un lieu ( un salon?) pour discuter des mots et des maux, des points, des virgules qui ponctuent la vie riche des jeunes ( et moins jeunes) toubibs…!!

  27. solène Dit:

    moi aussi cette petite marmotte je l’aimais bien… Et vous lui avez demandé Pourquoi elle était là?…

  28. Emeraude Dit:

    L’ahurissant illogisme de cette situation où dans le même temps on te « réquisitionne » pour porter secours à la petite marmotte (plein de questions à son sujet, dont la plus dérangeante est COMMENT le contrôleur a-t-il pu savoir qu’elle avait été « violée », elle n’a pas dû le crier sur les toits) … et le train qui repart sans même qu’on t’ai demandé quoi que ce soit.
    Dans un cas comme celui-là je pense que j’en aurais rajouté sur le thème « OK les gars (ambiance cow boy) je vais voir cette malade. Que le train ne parte pas sans mon autorisation, sinon la SNCF en portera l’entière responsabilité. Bien compris Mr le contrôleur ? » juste pour faire piger à ces oligophrènes qu’on ne dérange pas un médecin à grands cris si c’est pour ensuite ne pas tenir compte de son avis…
    Et si moi j’allais tirer le signal d’alarme, et puis après j’irais pisser tranquillement ? ça serait pareil, non ?

  29. maduixa Dit:

    Ca m’est arrivé une fois, le coup du train avec Nicole qui réclame un sauveur à grands cris…
    Manque de bol, je suis étudiante, je peux pas encore jouer les sauveurs (d’autant que, à part prendre le pouls, je vois pas bien ce que j’y ferais).
    Encore plus manque de bol, j’étais justement en train de réviser, un bouquin de cardio fermé sur les genoux, et un de pédia ouvert sur la tablette, les deux bien visibles…
    Moi je bronche pas, évidemment, c’est pas moi qu’ils appellent, sauf que j’ai déclenché une quasi émeute dans mon wagon, parce que mon voisin s’est mis à me demander, ostensiblement et très fort pourquoi je n’y allais pas, puisque j’étais visiblement étudiante en médecine, et moi de répliquer que, justement, je suis pas encore docteur, et tout le monde de tomber d’accord que les jeunes de maintenant ils s’en foutent du malheur des autres et que tant que je n’aurai pas de papier administratif disant que je suis officiellement docteur je m’en foutrai toujours du malheur des autres et que c’est comme ça qu’on fait des docteurs froids et insensibles et que ah là là mon dieu que c’est insensible la jeunesse d’aujourd’hui !
    Heureusement que Nicole a trouvé un sauveur et n’a pas réitéré son appel, ou le wagon entier m’enchaînait pour me livrer en pâture à Nicole !

  30. médiocrité Dit:

    ça montre juste que certains étudiants en médecine sont suffisamment mauvais pour ignorer le secourisme de base.Pas de quoi être fière Maduix.

    Suis médecin. Connais mon sujet.

  31. cardiologue de brousse Dit:

    un peu rude quand même, médiocrité ! on ne peut inventer ce qu’on a pas appris, à moins de supposer que le secourisme  »de base » ( par opposition au secourisme  »de sommet » ? ) soit innoculé ipse facto aux inscrit de PC1
    Donc, maduixa ne te prends pas la tête, quand on sait pas , on sait pas ! et regettons plutôt qu’un module  »secourisme » ne soit pas inclus sytématiquement dans les études de médecine, pour qu’on l’air moins niais dans les Trains à Grande Vitesse…
    et ne pas mettre en colère médiocrité, qui visiblement connais son sujet. puisque médecin. cqfd

  32. médiocrité Dit:

    oui mon cher cardio de la brousse, tu as raison, ça ne leur a pas été inoculé et j’ajoute que ça montre aussi que certains profs sont suffisamment mauvais pour ne pas enseigner le secourisme.
    quant a ta nouvelle protégée heureusement qu’elle s’est retrouvée sous ton aile protectrice sinon elle aurait pu sombrer un affre de dépréciation.

    en tout cas cette anecdote illustre à mon avis le faible niveau de l’enseignement de la faculté aux étudiants: ça se trimbale et ça prétend étudier des bouquins de pédia et de cardio et ça te dit en même temps que ce n’est pas capable de + que prendre le pouls.

    Pauvre maduixa, pauvres étudiants en médecine.

  33. Rrr Dit:

    Bin heu… ouais.
    Y a la théorie, et y a la pratique.
    Et si on passe 10 ans avant de commencer, ce n’est pas sans raison.
    Ce que raconte Maduixa, on l’a tous vécu. On a potassé des listes de symptômes, de molécules, de syndromes méga rare de Hdizdurk et Kchougnehr avant de savoir prendre une tension ou mener un interrogatoire.
    C’est normal, et c’est comme ça pour tout le monde.

    Le savoir, reconnaître ce qu’on peut ou ne pas faire, et ne pas jouer à Superman quand on n’en n’est qu’à la formule de la structure moléculaire du collant moulant, c’est tout sauf de la médiocrité.
    C’est l’inverse de la médiocrité.

    Et quant aux cours de secourisme, c’est juste lamentable qu’il ne soient pas obligatoires dans le cursus scolaire de tout le monde. Genre au lycée. Ca n’a juste rien à voir avec les études de médecine.

  34. maduixa Dit:

    J’ai l’AFPS… Mais les contrôleurs de trains ne sont-ils pas justement eux aussi sensé l’avoir, comme tout agent de la fonction publique ? Bref, si on demande un médecin, c’est qu’on demande plus que ce que le contrôleur sait, non ??? Donc on demande pas moi.
    Et puis… en général si on demande un médecin, c’est pour un malade, donc pas le gars qui s’est enfoncé une cacahouète dans un pourmon ou l’autre qui s’est sectionné une fémorale… d’où garrot et manoeuvre de heimlich (un peu le seul truc appris en AFPS) inutiles…
    Bref, je suis quand même bien d’accord avec tous, qui disez tous pareil : c’est débile de pas apprendre aux jeunes à parer aux urgences, et tous les jeunes, pas que médecins… Moi je l’ai fait sur mon temps libre, et sur mon argent libre, parce que c’est payant… Ca devrait être intégré dans les études obligatoires, payé dans les frais de scolarité pour ne pas avoir à payer en plus, et universel… Avec des piqûres de rappel.

  35. maduixa Dit:

    Sans compter que, donner un doliprane IV (puisque je viens d’apprendre que les trousses de secours ne contiennent que de l’IV) à qui que ce soit sans diplôme de médecine, c’est pas ça qu’on appelle « exercice illégal de la médecine » ? Sans aussi compter le risque de se planter et qu’on t’attente ensuite un procès en disant « eh mais vous avez dit être médecin et vous vous êtes planté et n’êtes même pas médecin ? »…
    Enfin j’y connais rien finalement, puisqu’on apprend pas le médico-légal pour les pas médecins, mais c’est juste une interrogation qui me traverse le cerveau…

  36. médiocrité Dit:

    Ok super. Les étudiants en médecine sont donc devenus tous des cons incapables de prendre une responsabilité.

    LA FILLE ELLE LIT PEDIA ET CARDIO DONC JE SUPPOSE QU’ELLE A DEJA DEPASSE P1 ET QU’ELLE A JUSTEMENT DEJA ABORDE + QUE la formule de la structure moleculaire du collant moulant

    Si vraiment tu veux élargir le cadre de discussion ok, c’est en effet lamentable que le training secouriste ne soit pas obligatoire dans le cursus scolaire de tout le monde ET ENCORE PLUS LARGEMENT: LE NIVEAU D’EDUCATION SCOLAIRE EST MINABLE.

    NE PAS LE RECONNAITRE C’EST ETRE DE MAUVAISE FOI OU UN PEU LIMITé

  37. Gabi Dit:

    la vraie médiocrité en médecine, selon moi, c’est prétendre savoir ce que l’on ne sait pas. Pas qu’en médecine d’ailleurs.

    et on peut toujours critiquer la bonne vieille faculté de médecine… mais les « c’est moins bien qu’avant » on les a aussi eu en notre temps. Ca nous empêche pas de la pratiquer de notre mieux!

    Alors Maduixa, moi aussi suis de tout coeur avec toi!!!
    et ouhouhou aux vrais médiocres…

  38. médiocrité Dit:

    et ne strictement rien savoir ni rien savoir faire c’est minable aussi.

    la vraie médiocrité Gabi c’est ce que tu viens d’écrire

  39. Pascale Dit:

    Sympa vos discussions les gars… pour un gentil dimanche matin on pourrait s’écouter un peu mieux non?

  40. médiocrité Dit:

    hmmm… y a plein de trucs qu’on pourrait faire pour un gentil dimanche matin ;)) qu’est-ce que tu portes ^^?

  41. Pascale Dit:

    Colant lycra, brassière moulante, bandeau et basckett… D’ailleurs, j’y vais… J’espère seulement que je verrai pas d’arrêt cardiaque en route… je prends pas mon dfibrilateur!

  42. Monster Dit:

    Médiocrité tu t’emportes peut être un peu trop… On est passé de « certains étudiants en médecine qui n’osent pas prendre de responsabilité » à « Les étudiants en médecine sont donc devenus tous des cons incapables de prendre une responsabilité. », c’est une généralisation assez violente non ?

    Tu es médecin (et je ne doute pas dans ces conditions que tu connaisses ton sujet) et pourtant on croirait entendre une certaine catégorie de patients que l’on peut croiser en allant à l’hôpital : ceux qui s’indignent parce que le petit interne qui débarque dans l’hôpital est encore hésitant, en manque d’expérience et n’est pas capable de les soigner en sortant le traitement de la poche de sa blouse blanche magique. Combien de fois on m’a raconté l’histoire d’un interne qui s’est fait engueulé par un patient perdant patience et qui s’est alors effondré en larmes ou tout simplement emporté contre le patient à son tour? Je suis sûr que certains de ces étudiants (tous ne sont peut être pas aussi avide de connaissances) ne demandent qu’une chose : être capable d’intervenir quand ON (que ce soit Nicole ou qui que ce soit d’autre) les appelle. C’est pour ça qu’ils ne sont qu’ »étudiants en médecine » : ils étudient.

    Quand je débarquerai en stage à l’hôpital (oui je ne suis encore qu’en P1, l’année où on apprend tellement de choses qui ne nous serviront à rien face à un patient…), j’assumerais de ne pas savoir faire quelque chose parce que je serais justement là pour apprendre et être capable à l’avenir d’intervenir tout seul comme un grand sans qu’on soit obligé de me tenir la main. Après tout, quelle sensation détestable que de se sentir incapable d’agir…

    Même si tu t’emportes un peu, tu restes dans le vrai concernant l’éducation en général. Le niveau de l’éducation française n’est pas des plus brillant, mais ça ne veut pas dire que tous les élèves sont mauvais.
    Concernant la formation au secourisme, je suis d’accord : on devrait la rendre obligatoire dans le cycle d’éducation obligatoire (au lycée ça serait bien : ça pourrait faire partie de la formation d’ »Education Civique »)Perso, j’aurais adoré avoir une formation de secouriste inclus dans mes études, ça me permettrait de faire des économies. Mais je suis certain qu’un sondage parmi mes camarades de terminales donneraient un résultat différent…

  43. cardiologue de brousse Dit:

    je doute sincérement que médiocrité soit médecin…
    mais , bon ! s’il le dit…

  44. Guillaume Dit:

    tout pareil

  45. médiocrité Dit:

    j’affirme que je le suis.

    c’est très intéressant.

    puisque tu ne peux pas prouver que je ne le suis pas ni moi que je le suis.

    dans la même lignée on ne peut rien prouver sur personne sur aucun blog.

    qu’est-ce qui te fait douter que je sois médecin mon grand?

    tu trouves que je ne parle pas aussi poliment que toi ?

    j’ai précisé que j’étais médecin pour éviter un concert d’accusation, justement, d’être profane et injustement anti-médecin.

    stp reste bien sympathique comme d’habitude. cette tournure qu’a pris la discussion me saoûle déjà venant de toi qui fait habituellement preuve d’un embryon d’intelligence.

    guillaume je t’accorde 15 sec d’attention pour te remercier de ta participation. ton commentaire est très intéressant. je n’aurais pas pu continuer sans. ni personne sur le blog. un grand MERCI.

  46. médiocrité Dit:

    ah merde. je t’aime bien cardio de brousse. j’ai zappé le « sincèrement » dans ton message.

    bah! si tu dis que tu es sincère …

    guillaume. mon CHER guillaume, tellement TOUT PAREIL que cardio de brousse. si c’est TOUT PAREIL c’est que tu es sincère aussi.

    je suis vraiment trop méchant.

    et trop con.

    heureusement que vous êtes là les gars. Merci.

    sincèrement. ou pas. mouahahahaha.

  47. cardiologue de brousse Dit:

    être pris pour un imbécile par un con est un plaisir raffiné qui se doit d’être savouré lentement…

  48. médiocrité Dit:

    trivial.

    ceci étant dit cette remarque est-elle d’ordre général ou implique-t-elle quelqu’un particulièrement?

    quelqu’un se serait-il senti pris pour un imbécile par quelqu’un?

  49. Emeraude Dit:

    Je ne sais pas si « médiocrité » est médecin.
    Ou pas. Mouahahaha.
    En tout cas il est facilement méprisant, ce qui est déplaisant.
    Sans doute aussi aigri.
    Ce qui fait que j’espère qu’il n’est PAS médecin. Malheureusement il peut l’être, et dans ce cas je ne souhaite pas être un jour un de ses patients.
    Bref, glissons vite sur ce dérapage.

  50. médiocrité Dit:

    comme je glisse sur ton commentaire

  51. anita Dit:

    Sans doute existe-t-il plusieurs sorte de médecins compétents. Médiocrité, je vous fais crédit de votre capacité à mettre le patient de Nicole en PLS.
    Etes-vous sûr d’avoir démontré ici toutes les qualités nécessaires pour réconforter et orienter avec douceur, empathie et tact, une petite marmotte effondrée et transie?

  52. médiocrité Dit:

    ah !! merci anita d’avoir réintroduit un peu de légèreté :P

  53. médiocrité Dit:

    ah oui mais non eh !! attends je m’emballe là puisque t’es toute sympa avec tout là là le truc là sympathique tout ça mais de quelle marmotte tu parles là ??

    non parceque là on voyage là, en tgv, alors la marmotte …!!

    non mais surtout que la marmotte je l ‘imagine déjà en caille de banlieue qui vient d’inventer son histoire …

    non mais je veux bien , une pauvre petite marmotte qui se serait faite violer là juste avant de monter dans le tgv … ça reste possible…

    à voir …

    si ça se trouve c’est Rrr qui l’a violée

    la salope

  54. Guillaume Dit:

    Don’t feed the troll…

    http://www.fluctuat.net/6495-Les-Trolls-vont-ils-trop-loin-

  55. cardiologue de brousse Dit:

    bon sang !
    mais c’est bien sûr !
    médiocrité est victime d’une possession: Troll ! sort de ce corps !!!
    Mouahaha ( comme il dit ? )
    bon et après on arrête … ( j’ai mes go )

  56. médio Dit:

    mon pauvre guillaume si tu penses que donner son avis c’est être un troll … . je te pardonne. mmooouhahaha.

    Que peut-bien vouloir invoquer l’incantation  » ( j’ai mes go )  » ???

    Je t’avais bien dit cardiologue broussailleux que je t’aimais bien :):)

  57. mbs Dit:

    festival de commentaires lourds.. merci bien.

  58. petitsecouriste Dit:

    Me concernant, j’ai aussi été appelé par Nicole dans le TGV est. En plus, j’étais en tenue Croix-rouge, mais comme Nicole demandait un médecin, je n’y suis pas allé. Je ne saurais jamais si j’ai bien fait ou pas.

  59. tyty Dit:

    « on demande un médecin dans le wagon 14… » bon en fait ce jour là je ne l’avais pas vraiment entendu vu comme je pionçais à poings fermés après un week end un peu agité… (non y’avait pas que de l’alcool! les nuits étaient courtes!)
    bref, ce qui a commencé à me réveiller c’est l’agitation juste en face de moi autour d’un gamin qui faisait des convulsions! et ce qui m’a réveillée complétement, c’est le réanimateur qui est arrivé sur son grand cheval blanc en énonçant presque tout son CV… là je me suis dit qu’il se débrouillerait mieux que moi avec l’infirmière qui l’a rejoint aussitôt et la mini trousse de secours apportée comme le saint graal par le contrôleur!
    mais c’est fou le nombre de médecins et paramédicaux qui peuvent prendre le train en même temps, on ne soupçonne pas ça, comme quand on s’arrête sur un accident et qu’il y a déjà un infirmier, 2 médecins, un titulaire de l’AFPS, et un radiologue qui passe tout doucement en voiture en demandant si on a besoin de lui (ben ça dépend, le motard a probablement la jambe broyée, t’as emmené ton appareil de radio dans le coffre???)
    et finalement on se trouve bien inutile quand les pompiers arrivent et se mettent à bilanter-protéger-entourer le patient, que tu leur demandes « je peux faire qqch? » naïvement et qu’ils ne te répondent pas parce qu’ils sont dans l’action (et c’est bien normal)

    Jaddo, j’aimerais avoir ton talent pour raconter nos petites anecdotes médicales (c’est fou ça t’étais cachée dans mon stéthoscope ou quoi???) je me sens moins seule quand je regarde les tympans du gamin que sa mère n’ose pas maintenir de peur de lui faire mal (« vous savez madame il aura moins mal si vous le tenez fermement quand je l’examinerai que si vous le laissez gigoter!! »)
    merci, pour tout ça!

  60. lulu Dit:

    là juste en 3 jours…2 malaises dans une foule et un accident de moto hier matin en partant à la plage…et quand on n’a rien sous la main…et que tout le monde compte sur toi,THE docteur….petit (grand)moment de solitude…

  61. Ausecoursmonfilsmapprendlavie Dit:

    Pauvre marmotte.
    Mais quelle jolie nouvelle. Euh, nouvelle dans le sens histoire courte :o)

  62. simsim Dit:

    ah ben ca tu trouves des excuses à une acariatre megere et tu abandonnes une pauvre histerique dans son wagon avec comme seul soutien psychologique un pauvre biologiste effrayé qui en plus ne sait plus faire d’iv ?

  63. Hélène dos Santos Dit:

    Merci de m’avoir appris que je me nomme Nicole.

    Moi ce n’est pas le train, mais le métro :)

  64. cardiologue de brousse Dit:

    en vérité, Nicole se prénomme Simone…
    ( cf Libé d’aujourd’hui )

  65. cardiologue de brousse Dit:

    j’ai vraiment rien d’autre à f…
    vive la cardiologie !

  66. Nicole Dit:

    Bon, moi c’est Nicole pourdevrai. Je n’ai pas dutout du tout une voix de GPS ni de SNCF. Y’aurait pas moyen de l’appeler Monique, plutôt ?

  67. adi Dit:

    tip of the day pour les stressés de l’iv:

    tout ce qui s injecte en iv peut « s’injecter » par voie orale ;)

Répondre