Misogynie à part

24 septembre, 2008

Septembre, le temps béni des certificats.

Elle est jeune, vue sept ou huit fois au cabinet, sans soucis de santé particuliers.
- Bonjour, je viens parce que j’aurais besoin d’un certificat pour faire de la musculation.
- Bon, très bien, on va voir ça. Il n’y a rien d’autre ? C’est la seule raison de votre consultation ?
- Oui oui, il n’y a que ça.
- Bon, ça va aller vite, si il n’y a que ça. Tant mieux, on va en profiter pour compléter votre dossier médical, alors.

Texto, ça a commencé comme ça.
Mot pour mot.
La passionnée des interrogatoires et des petites cases bien rangées qui sommeille en moi en jubilait d’avance. Je te lui ai fait un dossier aux petits oignons que même les formulaires d’assurance ont jamais vu ça. Ça a largement rempli les 20 minutes de la consultation, mais ça valait le coup ; c’était nickel.
Pour ça, j’aime bien les certificats sportifs. Ça donne l’occasion de mettre au propre toutes les petites choses essentielles qu’on est souvent frustré de devoir laisser en vrac.
C’est donc avec toute la béatitude du travailleur satisfait accrochée sur mon visage que je lui demande 22 euros s’il vous plaît mademoiselle. (Dur apprentissage, au passage, demander des sous à la fin d’une consultation. Je ne m’y suis toujours pas tout à fait faite…)

- Ah alors oui, aussi, me glisse-t-elle à ce moment précis, pleine de dédain pour ma béatitude qu’elle est, je pars en Asie dans quatre jours, alors il faudrait voir pour mes vaccins, c’est trop bête que j’ai oublié mon carnet de santé, et puis pour les médicaments pour le palu et puis les autres médicaments.

Bien sûr.
Normal.
Affligeant de banalité.
Tu te souviens, gentille abrutie, que je t’ai posé la question, clairement, tout à l’heure, il y a 19 longues minutes, avec des mots et tout ? Oui, probablement que tu te souviens.
Alors sans doute que tu ne sais pas que « juste les vaccins et juste les médicaments », ça va entraîner plein de nouvelles questions, et que ça va prendre plein de nouvelles minutes.
Et figure-toi que c’est précisément parce que je sais que tu ne sais pas que j’ai FUCKING POSE LA QUESTION TOUT A L’HEURE.

La « consultation de seuil », ça s’appelle.
Le terrible « Ah et oui docteur aussi, je voulais vous dire… » qui nous hérisse systématiquement tout ce qu’on a de système pileux parce que la fin de la phrase est systématiquement tout sauf un détail, et qu’elle survient systématiquement quand l’ordonnance est faite, le patient rhabillé, le chèque signé et la carte vitale vitalisée.

Il y a plusieurs espèces de consultation de seuil. Globalement, on peut les classer en trois grandes catégories, que Brassens avait très justement décrites dès 1969 : les emmerdantes, les emmerdeuses, et les emmerderesses.

Les emmerdantes, ce sont celles dont on aurait effectivement pu s’occuper pendant la consultation qui vient de s’achever, en plus du reste, pour peu qu’on nous ait seulement appris leur existence 20 minutes avant. On aurait raccourci un peu les politesses, on aurait rogné quelques secondes de-ci de-là, on aurait remis à plus tard le truc pas urgent qu’on a justement fait parce qu’on pensait naïvement que c’était l’occasion de le faire.
Exemples d’emmerdantes : « J’ai quelque chose sur le pied depuis un moment, un genre de bouton ou je sais pas quoi, je pensais que ça allait partir mais ça part pas » OU « Je voulais vous montrer un grain de beauté que je trouve bizarre » OU « Sinon, de temps en temps, j’ai un peu mal aux genoux » ET quand le patient vient tout juste de descendre de la table d’examen, de remettre son jean, de relacer ses chaussures et de reboutonner minutieusement sa chemise.

Dans ces cas-là, on peut expliquer gentiment, que, ah, là, ça va pas être possible, qu’on n’a plus trop le temps, mais qu’on verra ça la fois prochaine.
Des fois, le patient se fâche et dit qu’il va porter plainte au conseil de l’ordre parce que c’est pas normal un médecin qui refuse d’examiner un patient. Ça arrive préférentiellement quand la consultation comportait déjà 4 ou 5 motifs différents, le bouton sur le pied étant le numéro bonus.
Dans ces cas-là, j’ai tendance à sourire de toutes mes dents et à encourager vivement la démarche.

Les emmerdeuses sont, sans surprise, un peu plus raffinées. Elles présentent deux caractéristiques principales : d’abord, et c’est obligatoire pour atteindre le rang d’emmerdeuse, elles nécessiteraient à elles seules une ou plusieurs consultations rien que pour elles.
Ensuite, et c’est souvent un corollaire, ce sont les vrais motifs de la consultation un peu bateau qui les précède. De celles qui ne se dévoilent que pudiquement, une fois le dialogue et le climat de confiance installés. L’air de rien (comme si c’était ça, le détail, et pas la rhino ou la tension à contrôler), on nous glisse sur le ton de la conversation mondaine :  »Ah, et puis je dors terriblement mal la nuit depuis deux semaines, mais j’ai pas trop le moral en ce moment alors je suppose que c’est pour ça » OU « Vous pourriez me mettre quelque chose pour l’appétit et pour la fatigue ?« , OU « Oh, c’est pas très gai à la maison en ce moment avec ma femme qui s’est remise à boire« .

Regarde docteur, regarde ce qu’il y a sous le voile. Tu vois, c’est là, c’est moi, c’est ça que je voulais te dire, c’est ça qui me pèse, mais déjà que je me l’avoue à peine à moi… Et puis c’est pas une vraie maladie, je voulais pas te déranger rien que pour ça…

Les emmerdeuses sont difficiles à gérer. Il faut réussir à dire : « Non, je ne vais pas m’en occuper maintenant, je ne vous écouterai pas. Ce n’est pas parce que ça ne m’intéresse pas, c’est parce que ça m’intéresse trop, et qu’il faut qu’on prenne vraiment du temps pour en parler, du vrai temps, pas du temps au rabais d’entre deux portes. »
Il faut réussir à les faire revenir pour ça alors que justement ils cherchaient à venir pour autre chose.
Ou alors, il faut s’en occuper tout de suite pendant que c’est là, ce qui implique de réussir à avoir une salle d’attente vide un lundi après-midi.

Les emmerderesses, ce sont toutes les consultations de seuil qu’on ne peut pas se permettre de le laisser franchir. Celles qu’il va quand même falloir voir, là maintenant, même si les probabilités veulent qu’elles ne seront sûrement que des emmerdantes.
Exemple d’emmerderesses : « Oh, et puis mettez-moi quelque chose pour la tête, j’ai terriblement mal à la tête depuis deux jours, ça m’a pris d’un coup« , OU « Ah et par contre j’ai très mal au ventre« , OU « Et sinon, je voulais vous dire, je trouve ça bizarre, je ne vois plus très bien du côté gauche de mon œil« .

Pour celles-là, on sait qu’on va se rasseoir, faire re-déboutonner la chemise, re-poser des questions, re-faire un examen, re-commencer depuis le début.
De toute façon, le chèque de 22 euros est déjà prêt.

58 Réponses à “Misogynie à part”

  1. Virg' Dit:

    C’est tellement criant de vérité… Je m’y vois… Toujours difficile de faire accepter au patient qu’en seule consultation on ne peut pas régler TOUS les problèmes… Tant qu’à payer 22 euros, mieux vaut rentabiliser, déjà que la sécu elle est trouée!

  2. dr coq Dit:

    marrant tout ça, comme on pratique sexué. je pourrais tout à fait (tenter d’) écrire un papier comparable au masculin, avec ds vrais emmerdeurs bien couillus … à part pour le coup de la pilule à rajouter en bas de l’ordonnance une fois que tout est bouclé, les hommes sont aussi capables du pire !
    biz biz

  3. Rrr Dit:

    Ah zut, j’ai dû m’égarer et égarer mes lecteurs, aucune pratique sexuée dans ce post.
    L’accord était féminin uniquement pour Brassens et pour « la consultation ».
    Pas pour « la patiente », qui vaut tout à fait sur ce chapitre « le patient ».

  4. énervé Dit:

    quand vous aurez compris que vous êtes des praticiens privés qui vous faites payer pour votre expertise et non des figurants à qui on jetterait des pièces pour une affiche de bonne volonté ou de béatitude ça ira mieux

  5. Hobopok Dit:

    @Rrr : T’inquiète, on avait suivi, même les mal-comprenants dont je m’honore de faire partie.
    Par contre des « ennuis de santé particulier » ou « particuliers » ? Pourvu qu’Enervé ne s’énerve pas à nouveau…

  6. Isabelle Dit:

    Oui, d’accord, je comprends… (t’façons, je crois que tu pourrais m’expliquer les classes d’antibiotiques, je comprendrais aussi ;-)) mais voilà, du point de vue de « patiente » je dirais que :

    - ça me gonfle d’aller chez le médecin, et la plupart du temps, comme je ne suis pas « malade » au sens où je l’entends, je n’y vais donc pas, sauf quand c’est vraiment pas possible d’aller au boulot, là, avec 39° de fièvre, la troisième lombaire complètement rétive à toute sollicitation, la 5ème nuit sans sommeil (rayez les mentions inutiles, ça arrive rarement tout en même temps)

    - bon, ya bien aussi cette petite douleur lancinante mais à laquelle je me suis habituée, le petit bouton là qui me démange mais pas trop mais ça fait quand même 5 mois qu’il est là (non, non, je ne cherche pas une consultation sur internet, toute ressemblance avec des symptômes réels serait purement fortuite)

    Alors quand j’arrive quand même à franchir le seuil de mon bon vieux généraliste (d’ailleurs, quand j’y réfléchis, je dois avoir à peu près le même âge que lui…) il y a plusieurs cas de figure : j’ai été super-méga-organisée et j’ai préparé une petite liste hiérarchisée que je lui livre tout à trac où il choisit lui-même d’emblée quel temps il consacre à chacun des items et lesquels il zappe ; il a plein de temps, mon petit symptôme grippal ne l’inquiète pas du tout et il me demande comment va ma fille ou mon mari qui sont venus le consulter pour des trucs ‘achtement plus graves et inquiétants – dans ces cas-là, la petite douleur, là, c’est moi qui zappe ; mais, la plupart du temps, quand j’ai réussi à décrocher un rendez-vous avant la semaine prochaine – euh… comment j’explique que je ne ferai pas parvenir l’arrêt de travail dans les 48 heures réglementaires, madame la secrétaire ? bon tant pis, on va répandre tous ces joyeux microbes au boulot après avoir du charme au pharmacien pour qu’il vous délivre sans ordonnance le médicament qui ira bien pour tenir le coup – je peux voir à l’envers sur son agenda qu’il a des consultations tous les 1/4 d’heures jusqu’à 20h alors que la page commence à 7h30 et là aussi, c’est moi qui m’auto-censure.

    Pourquoi ? Parce que, non, je ne suis pas « malade » au sens où je l’entends, que mon médecin est un brave type qui a la correction et le sens de l’organisation nécessaires pour honorer ses rendez-vous à peu près à l’heure, et que tous ces gens que j’ai croisés dans la salle d’attente, là, tout à l’heure, je ne les connais pas, mais c’est sûrement très important que je ne leur « vole » pas le temps qu’il m’aura consacré en plus pour le « petit truc » qui m’inquiète mais pas trop.

    Et moi, personnellement, ce qui m’énerve, ce sont les « petits » clubs (je ne parle pas des sportifs de haut niveau) qui réclament des certificats médicaux autorisant la pratique de la pétanque ou de la danse de salon.
    Puis, accessoirement, ceux qui manquent de culture brassensesque – pouah, c’est pas beau comme mot ! – au point de faire de tels contresens (non, je plaisante, Dr Coq, mais vous loupez quelque chose dans ce cas et je suis prête à vous envoyer un florilège de ses textes, qui sont à lire, même si vos goûts musicaux vous portent ailleurs :))

  7. Isabelle Dit:

    Zut, j’avais oublié que tu avais déjà écrit un super-billet sur ce thème-là… Au temps pour moi !

  8. Isabelle Dit:

    je veux dire sur le thème des certificats médicaux – je vais p’t'et aller me recoucher finalement…

  9. Guillaume Dit:

    C’est très chouette, la petite liste en début de consultation, ça permet de ne rien oublier (quoique… il y a souvent quand même un petit quelque chose en plus…) mais parfois, c’est un peu chaud de faire du travail correct sur le temps imparti. Dernière liste en mémoire ( jeune patiente jamais vue):
    « Je ne vais jamais chez le docteur, alors je me suis dit que j’allais rentabiliser la consultation (sic) :
    - certificat pour le sport
    - pris 10kg en 6 mois sans changer d’alimentation
    - problème pour s’endormir
    - voir la gorge « au cas où » parce que souvent des angines l’hiver
    - renouvellement de pilule (pas fait de frottis depuis 5 ans)
    - nouveau partenaire, risque IST ?
    - vous avez un truc rapide et facile pour arrêter de fumer ?

    ah, oui, vous pouvez me marquer du doliprane pour mon copain, il a souvent mal à la tête mais il peut pas venir car il travaille »

  10. doclili Dit:

    Chère Rrrr,

    Je me délecte car c’est bien ce qui m’énerve le plus en consultation.
    Acte manqué ou pas, quand un patient arrive avec sa petite liste et même si j’ai bien tout fait (le certif, la pilule, le bouton et mon cul c’est du poulet), j’oublie systématiquement un item sur l’ordo !
    Bon d’accord, j’ai une p’tite tête mais les patients pourrait me ménager!!
    bises

  11. doclili Dit:

    euhhh, késako « le petit flocon » dans les mots de patients ?

  12. doc mel Dit:

    ah merci Rrr pour toutes tes histoires succulentes!!!et quel style!!!bravo!!! C’est fou comme on s’y retrouve!! Et le problème c’est que parfois ces fichus emmerderesses valent vraiment le coup d’être dites…pas plus tard que la semaine dernière un petit papy tout tremblottant qui venait pour son renouvellement d’ordonnance. Faut dire qu’il avait un « petit peu de sucre mais c’est tout » avec la longue liste de metformine, sulfamide, et antihypertenseur de toutes sortes. Avec ses mains tremblottantes il a doucement déboutonner ses milles boutons de la veste puis du gilet, puis de la chemise ..Toute contente car sortant de mon DU de diabéto j’en profite pour bien l’examiner sous toutes les coutures et de bien tripoter ses petits petons avec le microfilament, regarder entre les orteils à la recherche de la mycose….revoir avec lui si il avait bien fait tous ses bilans bio, cardio (il y a 2 mois ok)…il avait eu même droit à un contrôle des carotides (endacteriectomie il y a 6 mois)…voilà voilou…bien 30 minutes après il reboutonnait tous ses petits boutons et me serrait la main pour partir…et puis quand même zut il avait oublié de me dire il y a 10 jours tout à coup il avait eu son bras gauche paralysé pdt 1/2 heure mais c’était vite revenu mais bon il me disait ça comme ça….snif…c’était reparti pour la valse des boutons pour le contrôle ECG à la recherche du trouble du rythme que je n’aurais pas entendu…et la bataille avec la secretaire du cardio pour qu’il le revoit rapidement pour un contrôle des carotides (forcement on était vendredi soir)….heureusement le cardio est sympa et l’a vu dans la foulée: sténose presque complète de la carotide sur ruptue de plaque d’athérome probable….il a été opéré lundi…il va bien…ouf…même pas paralysé!!…pour ce genre d’emmerdresses ça vaut le coup….

  13. dr coq Dit:

    @isabelle, rassure-toi, je suis un solide amateur de Brassens, et j’avais bien compris la référence poétique )))

  14. lutinelle Dit:

    Coucou Rrrr,

    toujours autant de plaisir de te lire.

    Mais bon la, même si ca me fait rire, ca me fait raler aussi…
    Parce que non en temps que patient, je n’ai pas moyen de venir voir mon toubib pour un petit truc qui m’embête mais qui ne m’empêche pas de bosser…
    Ca va me prendre 2h d’attente + la consult + aprés le trajet pour aller au boulot qui fait que ben ca va me prendre un 1/2 cp (oui je peux aussi y aller aprés le boulot, mais il faut que je parte vachement tot et aprés je dois rattraper, donc idem, au moins le matin il y a un peu moins de monde souvent) pour savoir « si mon grain de beauté il est normal ou pas ». Plus les 22 euros de la secu, ok si ct quelque chose mais je culpabilise si c’etait pas le cas (ben si c’est vrai… j’aime pas couter de l’argent pour rien).

    ps: j’avais bien compris que ct pas sexué. D’ailleur il a lu quoi à la place de « ma femme s’est remise à boire »?

  15. docteursachs Dit:

    Raconté récemment par un confrère, la palme de la consultation de seuil:
    « Dites donc, docteur, c’est quand qu’on sait qu’on boit trop? »
    Quant à mon lundi soir, deux sevrages tabagiques à gérer après le passage de la carte vitale…
    J’ai fini avec une heure de retard, juste le temps d’être à l’heure l’estomac vide pour le groupe de pairs, et j’avais pas vraiment pris le temps d’avaler quelque chose à midi.
    Je ne sais pas encore si la conscience professionnelle va me mener plus rapidement au burn out ou au poids de mes 20 ans!

  16. Rrr Dit:

    Très rapidement parce que je manque de temps : je n’ai aucun, mais alors AUCUN reproche à faire à quelqu’un qui « rentabilise » sa consultation et parle de plusieurs problèmes en même temps. Qu’on ne veuille pas aller consulter à chaque fois pour le moindre bobo, c’est tout à fait légitime.
    Le seul truc, c’est qu’il faut le dire au début de la consultation, pour permettre de hierarchiser les choses et de les organiser, pas à la toute fin une fois qu’on est déjà rhabillé et qu’il faut se re-déshabiller.
    L’emmerdante n’en est qu’une que lorsqu’elle est déclarée sur le seuil.

  17. Tom Rakewell Dit:

    Pour les 22 euros : mon médecin demande « est-ce que vous avez votre carte Vitale ? » pour dire que la consultation est finie et qu’il est temps de sortir le chéquier. Ça revient au même et c’est moins brusque. Inversement, je suis toujours gêné quand j’ai oublié mon carnet de chèques et que je dois régler en espèces…

    Sinon, le « Ah et oui docteur aussi, je voulais vous dire… », qui ne l’a pas fait ? ^^

  18. lorna Dit:

    vous allez rire mais lorsque je vais chez le medecin, je fais une liste soit dans ma tete soit dans ma main…

    et quand elle me demande qu’est ce qui vous ammène? je lui deballe tout!!!

    au moins elle sait ou elle va et en 10 min c’est bouclé!!!

    sauf la dernière fois…. (bon je lui pardonne à ma generaliste, on peut etre au top tout le temps!!!)

    mon ami a un abces au lobe de l’oreille! il a deja vu le medecin -> une semaine d’antibio.
    je reprends rendez vous car l’abces est toujours là et au passage je donne mon nom à la secretaire car moi aussi j’ai besoin de voir le medecin (infection urinaire, mal de gorge de chien, renouvellement pilule qui aurait pu attendre un mois mais je vais pas y retourner juste pour ça!)

    donc elle regarde l’oreille de mon homme, reantibio pendant 8jours et hop en 5 min c’est fait. je glisse d’une petite voix : moi aussi j’avais besoin de vous voir!
    ah mais non, vous etes pas inscrite dans mon programme ce n’est pas possible…
    ben j’ai une infection urinaire…
    ah ben je peux pas vous donner rendez vous lundi (soit trois jours plus tard!)
    elle m’ausculte donc et je lui dit : j’ai mal à la gorge aussi pendant qu’on y est!

    et hop antibio pour moi aussi : ça fera l’infection urianire et la gorge!

    et 22€ pour lui et 22€ pour elle(ah bon mais j’etais pas sur votre programme??? bon d’accord j’ai rien dit mais je l’ai pensé tres fort!!!) s’il vous plait…

    pour 15min de consult!!!

    bon ok on avait rendez vous à 11h15 et on est passé à 12h30… elle avait surement faim!!!

  19. lorna Dit:

    desolée pour les fautes de frappe… j’ai pas relu…

    evidement il faut lire : on ne peut pas etre au top tout le temps

  20. Sébastien POLLET Dit:

    Rien d’autre à rajouter… Ceux qui ne sont pas d’accord avec votre conception de l’emmerdeuse sont les mêmes qui râles parce qu’un emmerdeur à mis en retard le toubib de 45 minutes.

    Sinon, juste comme ça, je crois que vous êtes la seule généraliste de France à passer 20 minutes avec ses patients en moyenne. ;-)

  21. Isabelle Dit:

    Ben oui, j’avais bien compris que le problème n’était pas de venir pour plusieurs problèmes à la fois, mais de le dire au dernier moment. Sauf que, la petite liste, c’est le meilleur des cas – d’autant plus que, j’insiste, je le laisse choisir dedans. La plupart du temps, j’ai l’esprit d’escalier, donc le truc va me revenir en tête pas au bon moment, au seuil ou presque, en tout cas, au fil de la conversation.

    Qu’est-ce que je fais, je lui dis, je lui dis pas ?

    Je lui ai fait le coup plusieurs fois d’ouvrir ma bouche à ce moment-là et j’ai bien vu que ça l’énervait, c’est pour ça que je commence mon commentaire par « je comprends », je n’ai sans doute pas assez insisté : merci de m’avoir fait comprendre pourquoi il était énervé, même si j’en avais la vague intuition, on ne se met jamais assez à la place des autres – surtout quand ce sont les-dieux-tout-puissants-qui-savent-tout-ce-qu’on-ne-sait-pas.

    J’essaierai de faire davantage de « petites listes » à l’avenir : après tout, la salle d’attente est idéale pour ça ;-)

    @Dr Coq : ouf! je suis rassurée…

  22. Mistinguette Dit:

    Ce blog est tout simplement parfait. A lire IMPERATIVEMENT au moins une fois par jour pour une parfaite hygiène mentale… et même s’il n’y a pas de nouveau poste : les anciens n’ont pas de date de péremption. Aucune indigestion en vue…
    Voilà ma prescription.
    Au fait, je suis instit et j’ai une question de vocab pour les médecins : on dit ‘ausculter un malade’, OK. Peut-on dire ‘ausculter une plaie’ ?

  23. Rrr Dit:

    Bien sûr Balzy, et « je comprends » aussi.
    Après, tout est question de contexte.
    Quelqu’un qui commence son emmerderie par « Oh, j’avais complètement oublié, je suis désolée de vous dire ça à la dernière minute mais… » sera déjà beaucoup mieux reçu. Tout simplement parce que c’est témoigner du respect.
    Et il sera d’autant plus volontiers pardonné que c’est un patient respectueux d’habitude. Je parle de respect ici, bien sûr pas au sens du respect que doit témoigner l’humble ver de terre face au grand gourou en blouse blanche, hein, je parle de respect entre deux personnes. Le même que je dois à ma boulangère ou à mon voisin de palier.

    Moi, quand un patient aux urgences, qui vient de passer 3 heures dans la salle d’attente pour un problème de santé qui vient de lui arriver A LUI, et qui l’emmerde forcément, et qui l’inquiète forcément, repart en me disant « Bon courage », je suis bouleversée de gratitude.
    Je trouve que réussir à sortir de son problème pour témoigner à l’autre qu’il existe, aussi, est une grande marque de respect, d’ouverture d’esprit et de gentillesse.
    De la même façon, le simple fait qu’on me témoigne qu’on sait qu’on m’emmerde, que ça ne va pas être pratique, que j’ai des obligations, ça me fait voir les choses tout à fait différemment.

    Et, dans les faits, ça arrive quand même plus souvent que l’emmerderie vienne d’un patient à qui tout est dû, et qui va porter plainte au conseil de l’ordre si on refuse de s’intéresser à son 37ème pet de travers.
    Alors dans les faits, les emmerderies emmerdent plus souvent qu’on ne les pardonne volontiers.

  24. Rrr Dit:

    Mistinguette : vous avez raison, ce blog est indispensable : http://www.jaddo.fr/2008/07/22/nous-zavons-les-moyens/ ;-)

    Et sinon, grand merci pour les compliments :)
    J’irai faire un saut par chez vous à l’occasion :)

  25. Rrr Dit:

    Doclili : l’explication sur le petit flocon est dans les commentaires par ici : http://www.jaddo.fr/2008/09/17/nouvelles-bonnes-nouvelles/#comments ;-)

    Et merci de votre fidélité lectricienne :)

  26. Ardger Dit:

    à Mistinguette: Ausculter c’est écouter les sons produits à l’intérieur du corps à l’oreille ou à l’aide d’un stéthoscope, il vaut mieux dire examiner un malade, l’auscultation n’étant qu’une partie de l’examen.Donc en principe on n’ ausculte pas une plaie, on l’examine, on l’explore ou on la sonde selon les situations.
    J’espère vous avoir aidée.

    Ceci dit, certains (rares) patients étant de véritabless plaies on peut les ausculter.

  27. Fourrure Dit:

    C’est là que j’apprécie la liberté de tarif dont je dispose, en tant que vétérinaire. Si la consultation dure 20 minutes, tarif habituel.
    Si on y est encore au bout d’une heure, le chiffrage sera différent.

  28. Guillaume Dit:

    @ doclili : tiens, c’est rigolo, je pensais être le seul à oublier systématiquement une ligne sur l’ordonnance quand les motifs de consultation ne sont pas tous déballés au début, mais plutôt au fur et à mesure de la consultation… C’est bon de ne pas se sentir isolé :-)

  29. souris de bibli Dit:

    Eh oui , c’est le très mauvais système français …en Suisse quand on va chez le médecin , ce n’est pas une consultation = un prix fixe c’est un décompte …pas glamour mais qui met les 2 parties face à leurs propres responsabilités : ily a systématiquement :
    les 5 premières minutes et les 5 dernières minutes de consultation
    puis on rajoute par tranche de 5 minutes , à cela s’ajoute les examens ….si il y en a …genre échographie , radio (oui pour les les généralistes aussi ) et tout ce que vous voulez…
    Alors tant pis pour l’homme de 55ans (je dis ça au hasard !!!) qui tourne autour du pot pendant 25 minutes avec ses problèmes de prostate avant de parler de ses problèmes d’érection (c’est aussi un hasard comme exemple , si si je vous assure !!!) ça fini par lui coûter cher de ne pas osé prononcé le mot viagra…!!!

  30. souris de bibli Dit:

    Désolépour le oser et prononcer pas à l’infinitif…et aussi pour ajouter que quand vous recevez la facture (car on ne paie jamais à la sortie du cabinet ) vous avez le décompte de tout ce qui a été fait ou utilisé…

  31. Anonyme Dit:

    “Oh, j’avais complètement oublié, je suis désolée de vous dire ça à la dernière minute mais…” hé mais c’est moi ca! Enfin en tout cas ca du m’arriver 2 fois depuis que je vais chez le medecin sans ma maman… Et a chaque fois, je me sent mal… je deteste ca!
    Mais heureusement pour mon toubib (malheureusement pour moi), quand j’oublie des trucs, en général je ne m’en rapelle pas sur le seuil de son cabinet, mais le lendemain… Ou alors dans la voiture en rentrant… Fou le nombre de truc que je me rapelle dans la voiture… (badge oublié, la lettre a poster sur la table quand on va a la poste, la liste des courses quand on va en course…)
    Merci de m’avoir rassurée pour la consult multiple, même si de mon point de vue j’avais pas le choix. J’adore ma toubib et j’espère ne pas compter parmi ses clientes chiantes…

    encore merci à toi Rrrrr, c’est fou comme ton blog me met toujours de bonne humeur!

  32. doclili Dit:

    Rrr, merci pour la réponse !
    Neige avait pris un flocon, c’est cro mignon !!

  33. Ardger Dit:

    S. POLLET a écrit: « Sinon, juste comme ça, je crois que vous êtes la seule généraliste de France à passer 20 minutes avec ses patients en moyenne. »
    Pas d’accord il y en a certainement pas mal qui le font (je suis dans ce cas) mais on ne parle que des autres.
    Et puis il faut insister sur la notion de « temps moyen ». Je ne passe pas 20 mn pour une otite externe ou un conjonctivite banale, sauf si c’est l’occasion de mettre à jour le dossier d’un patient que je n’ai pas vu depuis longtemps et lui éviter une consultation supplémentaire dans les semaines suivantes pour un de ces p… de certificats de non contre indication à la pratique de (rayer les mentions inutiles) la pétanque, la danse de salon, le saut en parachute en tandem (très tendance en ce moment), le balltrap, le tir à l’arc etc …
    De plus, les consultations les plus longues ne concernent pas forcément les pathologies les plus graves. Il faut plus de temps pour écouter les problèmes liés au stress d’un patient que pour diagnostiquer un infarctus.

  34. damien Dit:

    Je suis journaliste dans une revue médicale, merci de me rappeler pourquoi je n’ai jamais posé ma plaque ;-)

    Et j’en profite pour vous dire à quel point j’aime vous lire…

  35. JeeP Dit:

    Perso, je me demande comment vous arrivez à gérer toute une consult en 20 minutes. Avec un enfant, le temps de regarder le carnet de santé, interroger les parents, examiner, faire les ordonnances, remplir le carnet de santé, reporter les valeurs sur la courbe de poids (j’aime ça, et puis il semblerait que si je ne le fais pas, personne ne le fera), ça me prend une demi-heure…
    Avec les adultes c’est encore pire, les vieux qui avancent au ralenti, racontent leur dernier passage à l’hopital il y a 50 ans, réfléchissent trois minutes pour chaque médicament…

  36. trop serieuse Dit:

    tres interressant d’avoir le point de vue des patients quand à la gestion du temps et des motifs de consultations
    merci Rrr pour ce blog où de tels échanges sont possibles

  37. Super Tomate Dit:

    Depuis que je vous lis, vous tous médecins généralistes, j’avoue que je suis plus cool avec mon MT. Je n’y vais que lorsque je ne peux vraiment plus travailler, et j’évite les questions-main-sur-la-porte, comme on dit chez moi.
    Mais c’est tellement important aussi de ne pas avoir que des discutions « diagnostiques » avec son référent médical !
    Je me suis surprise à me moquer de lui doucement à la dernière consultation, il a eu l’air surpris, puis il s’est détendu, et a souri pour la première fois depuis que la porte était fermée. Ca m’a permis de reparler d’une option qu’il m’avait proposée il y a quelques mois , on s’était un peu « frittés » parce que je n’étais pas d’accord, et j’avais peur que cette anicroche ne nuise à notre bonne entente.
    Il n’en était rien !

  38. maduixa Dit:

    maintenant que je commence à aller chez le médecin (ben oui, il m’a fallu 24 ans pour oser demander à mon père le nom d’un de ses collègues parce que je ne voulais pas de lui comme médecin, donc je n’avais pas de médecin), je relis régulièrement ce blog pour vérifier quel genre d’emmerdeuse je suis… ;)
    Donc verdict, je suis plutôt de celles qui commencent par « en fait, je viens vous voir pour 3 choses : » avec énumération et petits tirets biens rangés. Mais je suis aussi de celles qui vont s’allonger sur l’interrogatoire en finissant par raconter leurs vacances, leurs exams, et papoter « amie-amie » avec le médecin. C’est sans doute plus sympa à recevoir, mais au bout de la journée, j’imagine que c’est quand même sacrément emmerdant, non ?

    Quant à passer 20 minutes par patient, je suis encore dans l’admiration la plus totale : bon ok, au urgences je fais un examen en 15 minutes… mais il ne comporte que l’interrogatoire et l’examen clinique ciblé. Après ça reste forcément les trucs que j’ai oublié (parce que bon, je ne suis que petite externe), la réflexion (mais honnêtement, chez le médecin, on se demande où il la met, on a l’impression qu’il n’en a pas besoin et qu’il réfléchit en même temps que d’examiner… je n’y arrive pas encore), revoir ce qu’il faut voir plus avant, et poser un diagnostic, et un traitement… Si on y rajoute le fait que moi quand je les vois ils sont déjà déshabillés, et on un souci relativement bien défini, et qu’on rajoute aussi le temps de parole et la « consultation de seuil », ben chapeau !!!

  39. Rrr Dit:

    Ca me semblait impossible aussi, seulement 20 minutes… En fait, entre ceux qui prennent un peu moins et ceux qui prennent un peu plus, l’un dans l’autre, on s’en sort.
    On ne fait pas non plus les mêmes consultations quand on sait qu’on a une salle d’attente pleine ou vide derrière nous…

    Et puis oui, aussi, parfois, le temps de l’examen sert à réfléchir… Je l’ai déjà dit je ne sais plus où. On fait semblant d’ausculter, on fait semblant de se concentrer sur la prise de tension, et pendant ce temps-là, on réfléchit… C’est l’avantage des gestes qui comptent pour le patient mais qui ne servent pas à grand chose dans un contexte précis… :p

    Et non, c’est pas emmerdant les gens qui causent :)
    Ca dépend des gens et de la causerie, mais, grosso modo, c’est pas emmerdant :)

  40. Free Man Dit:

    Rrr tu m’enerves tu arrives à tout décrire comme si tout était sympa

  41. Sel Dit:

    Moi aussi je veux faire entendre ma petite voix pour dire que oui il y a des médecins qui fonts des consultations de 20 minutes en moyenne.
    Et oui j’aime bien les gents qui causent (ça dépend aussi de la salle d’attente bien sur…)

    Pour Rrr : encore merci pour ton blog…

    nb : moi aussi je pratique souvent le faux examen qui permet de réfléchir… je pratique aussi parfois la réflexion affichée et assumée (quand le faux examen n’a pas suffit ou qu’il faut faire des recherches documentaires) et les patients n’ont pas l’air de m’en vouloir…

  42. Sel Dit:

    J’ai un problème avec la consultation de la petite jeune (16-26 ans) qui vient pour une consultation gyneco par ce que sa copine lui a dit que j’étais bien : en une consultation j’ai a gérer : la consultation normale (déjà longue) plus toutes les explications sur comment va se faire l’examen par-ce-qu’elle-l’à-jamais-fait-et-que-ça-lui-fait-peur (et pourtant elle prend la pilule depuis 2-3-4 ans (au planning familial ou renouvelé en consultation de seuil par exemple)) et les explication sur ce qu’on DOIT FAIRE si on oubli sa pilule parce-qu’on-lui-a-jamais-dit, et mettre à jour le bilan sanguin qu’elle a jamais fait et éventuellement un frottis avec les explications qui vont avec pour qu’elle sache pourquoi il ne faut pas oublier de le faire.
    j’exagère, y a pas toujours tout ça dans la même consultation mais ça peut durer longtemps quand même… alors j’en prend souvent pour une heure.
    Et puis je me rappel qu’il y a en France 1 IVG pour 4 accouchement (tout age et tout milieu), que 1 femme sur 2 ne fait pas de frottis et je me dis que je l’ai pas fait pour rien…
    Mais quand même on devrait avoir droit de coter C2 pour les consultations longues, ce ne serait pas volé (c2 = 44 euros).

  43. 51 Dit:

    J’envie les confrères qui arrivent à « faire » des consultations en 6 minutes, si, si, ou ceux qui arrivent à dire à leurs patients: « Bon aujourd’hui je traite votre contraception, pour les insomnies revenez plus tard ».
    Pour le CNGE, la durée moyenne des consultations en médecine générale en France est récemment de 22 minutes.
    Ces « motifs de consultations » énnoncés la main sur la porte, sont souvent les plus importants, et il faut arriver à les prendre en compte (j’ai toujours beaucoup de mal!!!) soit si c’est la dernière consultation et qu’on « a le temps » dans l’immédiat, soit,parce que la salle d’attente est pleine, que l’on a du retard, en « accrochant » par un geste, une parole, etc…, pour ne pas perdre cet écheveau qui ne demandait qu’à être dévidé. Dur, dur…

  44. 52 Dit:

    oui en fait surtout, ce dont on s’aperçoit, c’est qu’en disposant d’un peu plus de temps on peut déceler, solliciter, élucider, des symptômes, des récits, des questions
    pour disposer de temps il faut le prendre.
    pour le prendre il faut pouvoir se le permettre.
    et là, on dialogue et on s’occupe des gens correctement
    on déficelle les emmèlements
    on suggère des solutions
    on se met d’accord pour voir lesquelles on va essayer
    et on conclut l’entretien sereinement en se mettant d’accord à peu près quand on va se revoir pour évaluer la situation ou en fonction de quoi il vaudrait éventuellement se revoir avant.

    et puis là tout est dit, y ‘a pas à en écrire des tonnes, on passe au client suivant.

    je pense qu’à 22 euro la consult on ne peut pas se le permettre.

  45. 52 Dit:

    oui, j’ai bien écrit client,

    celui qui s’est mis sur le lit,

    le lit qui se dit quelque chose comme  » cliné  » en grec

    donc l’examen du malade, avant de se pratiquer au

    cabinet, il se pratiquait à la maison ou à

    l’hosto, le malade dans un  » cliné  » , donc ça s’est

    nommé l’examen clinique.

    maintenant on dit aussi examen clinique en incluant

    la partie pendant laquelle on tchatche.

    donc quelqu’un qui vient me consulter je peux

    l’appeler client et ce n’est pas sale.

    enfin, je suis libéral et j’echange mon

    expertise contre un paiement, donc la personne qui

    vient me consulter, c’est un client

  46. 51 Dit:

    Entièrement d’accord.

    En quoi « client » serait-il sale (and not sale). L’expérience m’a appris que ceux le plus « à cheval » sur le mot PATIENTELE et honnissant CLIENTELE pour son rapprochement avec la notion de commerce, étaient souvent les mêmes qui appliquaient à la médecine les pratiques les plus commerciales au mauvais sens du terme.

    Confraternelement.

  47. Estelle Dit:

    c’est où qu’on signe la pétition pour autoriser les consults de généraliste à 44 ou 60 euros y compris moins bien remboursés pour des rv pris d’office pour une heure où on pourrait vraiment parler, faire le point, prendre un peu de temps pour être en confiance et évoquer les trucs plus difficiles ?

    après un rv raté (pris pour moi, emmené le fiston qui n’allait pas très bien sans catastrophe (6 mois) juste pour être rassurée, médecin à la bourre = rien à battre que je me sentais vraiment pas bien) je suis allée chez un médecin qui m’a consacré d’office 3/4 d’heures et pris le temps de décortiquer le « pas bien ».

    je veux pas faire ça aux dépends du toubib, je suis prête à payer plus de ma poche. J’aimerais juste que ce soit possible …

  48. 52 Dit:

    Estelle, je trouve ce que tu dis intéressant et encourageant

    Merci pour ton mot

    J’aurais des choses à développer à ce sujet mais je suis court en temps tout de suite

    Peut-être une prochaine

    Porte-toi bien

  49. Amélilie Dit:

    C’est bien le premier blog où les commentaires sont aussi intéressants que les posts (ce qui n’enlève rien à l’extrême qualité de ces derniers ).

  50. DrLettie Dit:

    Un soir, après une consultation particulièrement longue inintéressante et probablement inutile sur des symptômes alakons, alors que j’étais déjà très très en retard et que le plombier m’attendait en bas de chez moi, un patient me dit sur le pas de la porte: « et aussi je voulais vous dire, je suis allé faire un treck et j’ai très mal aux cuisses »…
    Et là la main sur la poignée de la porte, je lui ai répondu (ça a été plus fort que moi) : »et qu’est-ce que vous voulez que j’y fasse??? »
    Bizarrement le patient n’est plus revenu. Ils sont chiants aussi ces patients…

  51. Olive verte Dit:

    Etonnant, pas tant dans le billet que dans les commentaires, cette notion de tant d’euros le temps passé. Me semble, comme patient, que Médecin, ça fait partie des métiers où c’est l’efficacité, l’expertise, qui doit être rémunéré, qu’elle soit fait en 10 mn ou en 1 h.

    Etrange cette distance prise avec la pratique des certificats médicaux. Les activités sportives, le lien social, etc. c’est un facteur prépondérant de la santé physique, de la longévité en bonne santé, et souvent de la bonne humeur, c’est à dire une signature pour potentiellement moins de médicaments dans le futur.
    « La part de la médecine dans la santé d’une population est d’environ 20% » concluait grosso modo une assemblée de toubibs et autres scientifiques. 22 euros 20 mn, c’est vraiment très très bien payé, même avec tous les à côté, la responsabilité, etc.D’autant qu’une partie des consults consiste à prescrire des médicaments pour lesquels les médecins ont vraiment très très mal lu les études en double aveugle, leurs limites, etc.

    Déroutant cet oubli des expériences antérieures des patients : nous avons déjà vu d’autres médecins, on s’est déjà fait remballés, par exemple, parce que le symptôme machin n’est pas très inquiétant, on hésite peut être à la consult d’après à le ressortir parce qu’il est vraiment gênant et qu’il persiste. Et là le médecin plein de commisération prescrit un médicament en se disant qu’au moins ça va nous rassurer, même s’il ne sait pas à quoi rattacher ce symptôme, mais non, on veut comprendre aussi, prévenir si possible, pas se faire prescrire un truc au cas où ça marche, et qui surtout nous fait fermer le clapet et dégager un peu plus vite, le médecin étant persuadé que c’est ce qu’on est venu chercher.

    Et puis, on peut être très « perceptif », sentir l’énervement, la fatigue ou autre du praticien, la salle d’attente pleine. Ne pas oser, puis le sortir quand même parce que c’est important.

  52. Docteur T Dit:

    @ olive verte

    « Etonnant… cette notion de tant d’euros le temps passé »
    suivi de :
    « 22 euros 20 mn , c’est vraiment très très bien payé »

    Raisonnement logique et pas du tout polémique.
    Brillant.

  53. Olive verte Dit:

    Merci !

    plutôt décalé, ou contradictoire avec des commentaires précédents. Prêt à débattre plus finement, ou essayer, ici : ol.verte@laposte.net, pour ne pas trop flooder par rapport au billet initial.

  54. Hippocrate Dit:

    Quel bonheur !! j’ai découvert il y a quelques jours seulement – grace à une patiente qui lisait son livre dans ma salle d’attente – Jaddo et son blog : une pure merveille pour moi , généraliste , moins jeune qu’elle car avec déjà 16 ans de cabinet à mon actif …
    Je me suis précipitée pour acheter son livre que je dévore , en éclatant de rire , sous le regard interloqué de mon mari !! J’en lis des passages à ma fille qui est en 1ère année de médecine , et elle adore !!
    un seul mot d’ordre : continuez !!
    Et au fait , n’oublions pas le  » pendant que je suis là , j’en profite … » ou encore  » on n’est pas venus pour rien Docteur … » ou  » j’ai amené les 2 petits avec moi , ils sont patraques , ça vous dérange pas ?!  » devant les patients impatients dans la salle d’attente …

  55. lisa Dit:

    moi ce que je trouve emmerdant, c’est quand je préviens de suite mon médecin que je viens pour « plusieurs petites choses » parceque oui souvent c’est pas grand chose mais y’en a plusieurs de ces petites choses… mais qu’il n’attend pas que j’énumère mes deux trois choses dès le départ, et part directe sur la première, en oubliant qu’il y en a d’autres, et fait sa mine de désabusé quand je lui dis alors qu’il commence son ordonnance « et du coup il y avait aussi ça… ». Mais bien souvent, comme je ne veux pas l’embêter, et bien je me dis « bon, la prochaine fois », et c’est toujours pareil… d’où une prise en charge très (trop) tardive de ces petites choses qui n’étaient pas si petites que ça…

  56. NdL Dit:

    Lisa,

    dans ce cas testez cette technique, qui marche très bien sur moi (et donc, peut-être sur votre propre médecin) : « je viens pour CECI, et après j’aimerais aussi vous parler de 2-3 autres petites choses ».

    Quand le CECI est bel et bien le PRINCIPAL motif de consultation, et que les « 2-3 petites choses » sont réellement des PETITES choses (certif de pétanque, par exemple, et non insomnies depuis 3 mois ou essoufflement anormal à l’effort), alors je n’ai pas l’impression d’être pris au piège (et, accessoirement, pour un con) et ça se passe très bien.

    Personnellement j’aime un peu moins la liste écrite, surtout si écrite par une tierce personne (fréquent pour les enfants), mais c’est un moindre mal (toujours beaucoup mieux que le motif de consultation qui tombe tout à la fin). J’aime moins, parce que ça a un petit côté « liste de courses ». Mais bon, on est en libéral, je vais donc pas m’offusquer d’être vu comme un prestataire de services.

  57. Eun-ji Dit:

    J’ai découvert votre blog en partant de celui de Martin Winckler que j’admire beaucoup.
    Merci pour cette belle écriture, et ces partages.
    J’ai décidé personnellement de ne plus jamais accepter plus de 18 patients par jour : 9 le matin, sur 3 heures et 9 l’après midi sur 3 heures. Il m’arrive de refuser des patients, je suis alors l’objet de vives critiques, mais j’assume, je sais que mon choix est celui d’un travail fait dans de bonnes conditions.Financièrement, on s’en sort très bien avec 18 consults par jour.Il y a en plus tout le boulot administratif, le nécessaire travail de coordination avec les confrères, la paperasserie, la lecture de prescrire…..mais ça, vous connaissez…..

  58. Leo Dit:

    « Etrange cette distance prise avec la pratique des certificats médicaux. Les activités sportives, le lien social, etc. c’est un facteur prépondérant de la santé physique… »
    Etrange cette distance entre la premiere et la seconde phrase : on n’y parle pas du tout de la meme chose, ca ne vous derange pas ? On ne PRATIQUE pas un certificat, c’est un sport qu’on pratique.
    Les activités sportives, vous avez raison, c’est très bien. Les CERTIFICATS MEDICAUX obligatoires pour pratiquer les dites activités, c’est très bien aussi, quand c’est vraiment un sport, et qu’on fait un vrai examen (genre test d’effort).

    Les certifalacon, genre exiger un certificat medical pour faire de la petanque ou des echecs, c’est relou.

    Même en temps que patient ca m’agace, car ca a un effet pervers, le côté automatique : je vais voir un medecin, c’est la 2e fois qu’il me voit seulement, il me signe le truc sans m’examiner, et j’ai envie de lui dire « et si je n’étais pas apte ? C’est pas du bridge la, c’est de l’escalade, c’est un petit peu dangereux comme sport, et surtout très intense, et vous m’avez meme pas fait faire un test d’effort ! ». Il vaut quoi ce certif ? Rien du tout. Ca, ca m’agace.

Répondre