I see dead people…

30 juin, 2008

Allez hop, celui-là pour me faire mousser un peu.
Parce que des fois, le sixième sens, ça marche et ça s’explique sans doute, mais là tout de suite pas comme ça pouf pouf.

Jeune turc de 28 ans, en France depuis toujours.
Vient me voir pour un genre de bilan pré-nuptial, même si ça existe plus tel quel.
Il va se marier dans quelques mois, et ils vont faire un bébé, et il voudrait vérifier que « les groupes sanguins sont bien compatibles ».

On cause un peu rhésus, tout ça, je lui explique que si la maman est rhésus positif, ça ne sert pas à grand chose de savoir son groupe à lui, je lui dis que ce serait pas mal de lui faire un bilan pré-bébé à elle aussi, j’enchaîne sur les sérologies, VIH, toussa.
A l’évocation du VIH, il rougit fortement, non non, c’est pas ça le problème, il voudrait savoir son groupe sanguin, pour savoir s’ils sont compatibles.

Il insiste il insiste, je lui dis que s’il tient vraiment à savoir son groupe, et qu’il ne l’a jamais fait, on peut effectivement lui faire faire une carte de groupe sanguin (pour ce que ça sert…), je ré-enchaîne sur les sérologies…
Rougissement à nouveau, on discute, on explique, et il finit par accepter avec un large sourire et un franc retournement d’opinion quand je lui dis que c’est bien aussi pour le bébé, de savoir…

Bref, c’est parti pour les sérologies, c’est parti pour le rendez-vous avec Madame, et ok, soit, c’est parti pour le groupe sanguin.
« Oui parce que vous comprenez, le groupe du sang, je voudrais savoir, pour le bébé… »

Ok. Il a dit huit fois le mot « groupe », six fois le mot « sang », et six fois le mot « compatible ».
Ca, c’est ce que je me dis après coup pour justifier ma question.
Sur le coup, je n’ai pas compris pourquoi ma bouche s’ouvrait pour articuler :

- Vous avez un lien de parenté avec votre future épouse ?

Bingo, cousins germains.
Super fière de moi.

5 Réponses à “I see dead people…”

  1. Lled Dit:

    Inspecteur Rrrr a encore frappé…

  2. docteurcbf Dit:

    C’est un sujet qui me touche beaucoup cette question des mariages consanguins ,et ces jeun(e)s turc(que)s né(e)s en France pour qui il parait bien difficile d’envisager un mariage hors de la communauté. Dans mon expérience (j’exerce dans la banlieue d’une grande ville) les mariages sont très rarement entre 2 jeunes nés et éduqués ici ;je vois très souvent(suivi écho. des grossesses) des couples dont l’un des conjoints vient de Turquie ,ne parle pas un mot de français , se retrouve déraciné. Et le vocabulaire de votre patient traduit sans doute bien des questionnements , une part de lui sait que les mariages consanguins peuvent avoir des conséquences dommageables , qu’en tout cas ce n’est pas habituel en France , que c’est hors norme d’une certaine façon mais ces arguments ne valent rien face au poids des traditions,à une fidélité familiale sans doute aussi .
    Je n’ai rencontré qu’une seule fois dans mon activité un couple de jeunes turcs tous les deux nés et éduqués ici .Faire venir un cousin ou une cousine pour l’épouser répond sans doute à des motivations multiples.
    merci pour votre blog.

  3. Tom Rakewell Dit:

    Pour les non-médecins parmi nous… Il y a un rapport entre la consanguinité et les groupes sanguins ou pas ?

  4. Rrr Dit:

    Lled : il faut réparer votre lien, il mène à « serveur introuvable » ;)

    Docteurcbf : c’est pour en avoir vu beaucoup aussi, je crois, que l’intuition m’est venue. Et effectivement, la demoiselle arrivait fraîchement de Turquie.

    Tom : non, pas de rapport direct. Le problème de la consanguinité est surtout celui des maladies génétiques. Vous savez que les gênes vont par deux. Si vous portez un gène « yeux bleus » et un gêne « yeux marrons », comme le marron est plus « fort », vous avez les yeux marrons, même si vous avez un gêne bleu. Il faut deux gênes « bleu » pour avoir les yeux bleus.

    Il en va de même pour certaines maladies génétiques : si vous avez un gêne « sain » et un gêne « malade », êtes en parfaite santé.
    Si vous épousez le premier venu dans la rue, il y a très peu de risque de tomber sur quelqu’un qui a aussi un gêne « malade ». Mais si vous épousez votre cousin germain, comme vous avez les mêmes grands-parents, il y a beaucoup plus de risque qu’il soit lui aussi porteur du gêne « malade ». Vous risquez donc de transmettre deux gêne « malade » à votre enfant, qui développera la maladie.

  5. Claire MG Dit:

    Bonjour, si je peux me permettre : la « question de la compatibilité des sangs » renvoie peut être à la thalassémie, fréquente en Turquie : savoir si les futurs conjoints sont hétérozygotes ?
    Remarque accessoire : quelle que soit l’origine ethnique de nos patients, il y a souvent un médecin ou un étudiant en médecine dans la famille qui conseille à distance et compte sur nous pour décrypter.

Répondre